{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

MARCHE à TIZI OUZOU

Sous un soleil de plomb

La marche est intervenue au lendemain d’une manifestation dans la ville de Tigzirt.

La chaleur suffocante et insupportable qui a prévalu hier dans la ville de Tizi Ouzou n’a pas empêché des milliers de femmes et d’hommes de tous les âges de battre le pavé et ce, pour le 25ème vendredi consécutif depuis le 22 février dernier. L’ambiance ayant caractérisé toutes les marches en question a été également au rendez-vous hier. Des centaines puis des milliers de citoyens se sont rassemblés dès le milieu de l’après-midi devant l’université «Mouloud Mammeri» en scandant pratiquement les mêmes slogans mis en avant depuis le début de la révolte populaire du 22 février 2019 et qui se résume essentiellement en l’exigence d’un changement réel et concret de régime avec le départ de tous les symboles de l’ancien régime ayant régné pendant vingt ans.
Les manifestants de Tizi Ouzou ont exprimé leur rejet de tout dialogue avec les symboles de l’ancien régime à commencer par le chef de l’état par intérim Abdelkader Bensalah et le gouvernement de Noureddine Bedoui. En plus de l’emblème national qui a accompagné toutes les manifestations en cours depuis le commencement, des centaines de drapeaux amazighs ont été déployés tout au long de la manif d’hier dans une ville qui s’est longuement battue pacifiquement pour la reconnaissance de l’identité amazighe du peuple algérien. Comme d’habitude, de nombreuses personnalités locales étaient de la partie ainsi que des dizaines d’élus aussi bien à l’APN, à l’APW qu’aux APC. Des militants du Mouvement culturel berbère, toutes générations confondues, du mouvement associatif ainsi que de partis politiques comme le FFS, le RCD et le PT ont aussi pris part à la marche d’hier à titre individuel.
Tout au long des boulevard Lamali-Ahmed, Abane-Ramdane et Larbi Ben Mhidi, les manifestants ont scandé des slogans tels que : « Makach intikhabat yal issabat », « Libérez les détenus », « libérez l’Algérie », « Imazighène », « Assa Azekka, Matoub yella yella », « Klitou leblad yassaraqin », « Système dégage »… Les manifestants ont profité de la marche d’hier pour exiger la libération des citoyennes et des citoyens incarcérés pour avoir brandi le drapeau amazigh dans différentes marches surtout que nous sommes à la veille de la fête de l’Aid El Adha.
D’ailleurs, la marche d’hier intervient vingt-quatre heure après la manifestation populaire qui a eu lieu jeudi dernier dans la ville de Tigzirt. En effet, des centaines de manifestants sont sortis dans la rue de cette ville côtière et ont marché jusqu’au tribunal de la ville. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours