{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Discours de Abdelkader Bensalah

Partis et personnalités politiques réagissent

Certains partis proches du pouvoir saluent l’appel au dialogue quand d’autres critiquent le contenu du discours, notamment l’absence de mesures d’apaisement.

Le FLN et le RND «satisfaits»
Le FLN exprime sa «pleine satisfaction» du dernier discours du chef de l’Etat, qui invite tous les acteurs politiques et les représentants de la société civile à ouvrir le dialogue pour créer le plus tôt possible l’instance en charge de l’organisation de l’élection présidentielle. Pour ce parti «la tenue d’une élection présidentielle va prémunir l’Algérie contre toutes les menaces et tous les dangers». L’ex-parti unique s’engage ainsi à apporter sa contribution pour «la réussite de ce dialogue inclusif afin de ramener l’Algérie à bon port et préserver la continuité de l’Etat». Dans un communiqué sanctionnant la réunion de son bureau politique, le RND, qui tiendra une session extraordinaire le 6 juillet pour désigner un nouveau secrétaire général après la mise en détention provisoire de Ahmed Ouyahia, se félicite de «la nouvelle approche politique du chef de l’Etat qui vise à faire sortir le pays de l’impasse politique actuelle». Pour cette formation, seul le retour à l’urne pourrait régler la crise dans laquelle se débat le pays depuis plusieurs mois

FJD : positif, mais…
Le président du Front de la justice et du développement (FJD), Abdellah Djaballah, juge le discours de Abdelkader Bensalah de « positif, mais insuffisant ». Il a déclaré à TSA que « le système qui a gouverné le pays pendant des décennies ne partira pas par le simple fait de mettre en place une instance électorale indépendante , mais il faudra pour cela la conjugaison d’un certain nombre de facteurs complémentaires». Il a ajouté que sa formation n’a pas encore tranché sa participation ou non au dialogue auquel a appelé le chef de l’Etat. Pour lui « seule la plateforme qui sera présentée ce samedi par les partis des Forces du changement, sera à même de permettre la satisfaction des revendications du Mouvement populaire » .

Le MSP salue tout appel au dialogue
En réaction au discours de Bensalah, le MSP salue, dans un communiqué rendu public ce mercredi, « tout appel au dialogue qui permet de sortir de la crise et d’arriver à un consensus national, pour peu que le dialogue soit sérieux , responsable et honnête et que son objectif soit la concrétisation de la transition démocratique qui commence par l’organisation d’une élection présidentielle transparente et honnête dans un délai raisonnable ». Ce parti appelle « au départ de tous les symboles du système avant l’organisation de l’élection présidentielle ». Cette formation islamiste rappelle que « la meilleure garantie de concrétisation de la volonté populaire à travers un processus électoral, reste la volonté politique du pouvoir en place, plus que la mise en place des mécanismes , les instances et les lois ».

L’ANR salue l’appel au dialogue du chef de l’Etat
Son secrétaire général, Belkacem Sahli, se dit « satisfait » et exprime « sa disponibilité à faire réussir ce dialogue et réitère son appel à la classe politique pour ne pas perdre plus de temps ».

Le FFS rejette l’appel de Bensalah
« Contre la volonté populaire, contre les attentes réelles et légitimes de la révolution du 22 Février (…), les décideurs de ce pays s’affairent à exécuter leur propre feuille de route politique.
D’apparence, elle s’articule sur l’impératif de se conformer à un ordre constitutionnel obsolète et dépassé, mais au fond, elle s’ingénie à perpétrer un autre coup de force électoral et à opérer une alternance clanique sur les vestiges de l’ancien régime », a indiqué Ali Laskri dans son allocution.
Ce parti réitère qu’ « aucun dialogue n’est possible sans la libération immédiate et sans conditions de tous les détenus politiques et d’ opinions en l’absence de volonté politique d’aller vers une véritable transition démocratique qui réunit les moyens politiques pour l’expression du droit à l’autodétermination du peuple algérien ».

RCD : « L’appel n’apporte rien de nouveau »
Du Rassemblement pour la culture et la démocratie, Amer Saoudi, cadre au parti, relève l’absence de climat favorable au dialogue évoquant « des détenus d’opinion » et un champ médiatique « complètement verrouillé ».

Ahmed Benbitour : « Je ne suis pas concerné »
L’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, a indiqué ne pas être concerné par le panel des personnalités annoncées pour conduire le dialogue en vue d’organiser une élection présidentielle par Abdelkader Bensalah.
Il a aussi affirmé, sans toutefois préciser les raisons de son absence, ne pas participer à la conférence du dialogue nationale prévue aujourd’hui à Alger.

Mokrane Aït Larbi appelle à libérer les détenus d’opinion
Le célèbre avocat et militant des droits de l’homme, Mokrane Aït Larbi , a lancé un appel au pouvoir pour la libération de tous les détenus d’opinion, considérant qu’il s’agit d’une condition sine qua non pour la construction d’une Algérie nouvelle. « Si le pouvoir est animé d’une réelle volonté de mettre fin à la crise multidimensionnelle, notamment celle des droits et des libertés, il doit écouter la voix de la raison et répondre aux revendications de la révolution populaire. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours