{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tout en appelant à une participation massive au Hirak

Makri dénonce les «agissements du pouvoir»

Le SG du MSP a réaffirmé son «attachement» à la Plate-forme de Aïn Benian, élaborée le 6 juillet dernier lors de la réunion de l’opposition.

Makri veut voir plus de militants du MSP dans le Hirak ! Le secrétaire général du Mouvement de la société pour la paix (MSP) a lancé, hier, un appel aux militants de son parti pour participer massivement au Hirak. «Votre participation est un plus pour faire balancer le poids du côté de la démocratie et la liberté», a-t-il affirmé lors de son discours à l’occasion de l’ouverture de l’université d’été de son parti qui se tient à Boumerdès. Dans ce discours, Makri s’en est pris aux «laïques» estimant que si les militants du MSP ne participaient pas en masse, ils laisseraient la voie ouverte à ceux qu’il qualifie «d’ailes qui ne connaissent à la politique que l’exercice de pressions». «Contrairement aux démocrates, on ne s’entendra jamais avec eux à cause de leur position politique et idéologique qui sont contraires aux valeurs du MSP», a-t-il soutenu avec beaucoup de populisme. Après son réquisitoire contre la laïcité, le SG du MSP s’en est pris au pouvoir actuel qu’il estime appliquer la même politique que son prédécesseur. «C’est-à-dire prendre de haut l’opposition et faire la sourde oreille à ses revendications ainsi qu’à celles du peuple», a-t-il estimé. «Il applique la politique du fait accompli pour nous imposer leur feuille de route», a-t-il insisté avant de réaffirmer son «attachement» à la Plate-forme de Ain Benian élaborée le 6 juillet dernier lors de la réunion de l’opposition. Il a dans ce sens, rappelé l’initiative d’entente nationale lancée par le MSP afin de trouver un président de consensus, qui permettra au pays de sortir de la crise actuelle. «Ce projet que nous avons proposé pour que l’après- Bouteflika se fasse en douceur aurait évité au pays la crise actuelle. Mais les « fous » du pouvoir se sont précipités pour tenter de le prendre avant que la rue ne décide autrement en refusant tous les acteurs politiques actuels», a-t-il expliqué. Makri n’a pas omis de revenir sur l’opération «mains propres» qu’est en train de mener la justice algérienne en se disant «choqué» par l’ampleur de la corruption. « On a toujours dénoncé cette corruption, mais on ne savait pas qu’elle impliquait autant de personnalités. Les preuves sont là, ce qui démontre que nous étions véritablement dirigés par une «Isaba» (bande)», a mis en avant. Makri a tenu à conclure son discours par un hommage aux victimes de la tragédie du concert de Soolking, tout en présentant ses condoléances aux familles.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours