{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tizi Ouzou

Les travailleurs de Sonelgaz en grève illimitée

Un travailleur de Sonelgaz a affirmé, hier, à la presse que la direction lui a ôté plus de 30.000 DA du dernier salaire.

Les travailleurs de la Société de distribution de gaz et d’électricité (Sonelgaz) de Tizi Ouzou sont entrés en grève illimitée depuis hier matin. La grève qui se poursuivra jusqu’à la satisfaction de la revendication exprimée par les employés de cette société du secteur public est le résultat de la décision prise par la direction d’opérer des retenues sur les salaires des travailleurs qui ont, pour rappel, observé de nombreuses journées de protestation durant ces dernières semaines en guise de soutien et d’accompagnement du mouvement du Hirak, en cours en Algérie depuis le 22 février dernier. Les travailleurs de la Sonelgaz, pour rappel, ont observé plusieurs arrêts de travail, notamment durant les journées où ils ont organisé des marches pour exprimer de leur côté et à leur tour leur revendication inhérente au changement de système politique dirigeant le pays et exiger le départ de toutes les figures politiques qui symbolisent l’ancien système. Mais il s’est trouvé qu’en parallèle, ces actions de protestation et d’arrêts de travail ont été consignées comme étant des absence non-justifiées. La direction a alors pris la décision d’opérer systématiquement des retenues sur salaire ayant touché la totalité des travailleurs de la Sonelgaz. Avant-hier donc, les travailleurs ont été désagréablement surpris que plus de 20 journées de leur salaire y ont été déflaquées. Un travailleur de Sonelgaz a affirmé, hier, à la presse que la direction lui a ôté plus de 30 000 DA du dernier salaire. Les concernés ont tenu à dénoncer avec la plus grande énergie cette mesure et ont brandi la menace de ne pas suspendre cette grève jusqu’à ce que la direction de la Sonelgaz revienne sur sa décision et verse l’intégralité des salaires des travailleurs. Une revendication qui ne semble pas près d’être satisfaite par la direction de la Sonelgaz qui met en avant la réglementation en vigueur. Le directeur général de la Sonelgaz a s’est appuyée, hier, sur les textes de loi pour justifier la mesure prise inhérente aux retenues sur salaire. «Les travailleurs qui n’ont pas travaillé n’ont pas été payés. C’est normal. S’il y a des employés qui ont travaillé durant cette période et qui ont été touchés injustement par ces ponctions sur salaire, ils peuvent faire des recours et ils seront naturellement rétablis dans leurs droits», a déclaré hier Mohamed Djouadi, le directeur de la Sonelgaz de Tizi Ouzou. Il a affirmé aussi à la radio locale, que cette mesure de retenues sur salaire est prise indépendamment d’une quelconque position envers le Hirak, mais juste en application de la loi du travail en vigueur. Le même responsable a apporté un démenti catégorique concernant un autre point important évoqué, hier, par les protestataires. Il s’agit des appréhensions exprimées par ces derniers quant à une éventuelle privatisation future de la Sonelgaz. Le directeur a rassuré les travailleurs que cette question ne figure pas du tout à l’ordre du jour. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours