{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Chargé de former le nouveau gouvernement

Les hommes de la nouvelle République

Le nouveau Premier ministre est très attendu sur la composition de son gouvernement.

Considérée comme l’une des plus importantes actions du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, la nomination de Abdelaziz Djerrad, enseignant et chercheur universitaire en sciences politiques, au poste de Premier ministre, intervient dans un contexte hautement délicat où le pays sort à peine d’une période difficile, et s’ouvre sur une situation politique marquée par la tension qui se traduit à travers la rue et son rejet des résultats de la solution constitutionnelle.
C’est dans cette configuration politique particulière que cette nomination éclair, semble consolider «la main tendue» du président pour la concrétisation d’un dialogue national, dans la mesure, où Djerrad, connu pour ses positions démocratiques, de son soutien au principe de la contestation populaire, du changement des pratiques de l’ancienne gouvernance, du départ des 3B, comme conditions incontournables à la réhabilitation de la confiance entre le pouvoir et le peuple, seule alternative pour accéder au dialogue.
Ceci étant, il est clair, qu’au-delà de ses positions, le nouveau Premier ministre est très attendu sur ses premières actions. Celle de la composition du nouveau gouvernement, dont il en a la charge, demeure la plus déterminante, tant pour sa crédibilité et celle de l’Etat sur la scène politique, que pour l’amélioration des chances de rassembler toutes les parties opposées autour de la table des discussions. C’est tout l’impact qu’aura cette nomination sur le nouveau paysage politique, et sur le dénouement de la situation de crise qui persiste à l’aune de l’émergence de la nouvelle République.
Car c’est dans la connaissance de l’identité des nouveaux membres de l’Exécutif, que se profileront, ou pas, les compétences et les aptitudes, tant nécessaires à gérer la situation actuelle, et à mettre en place les assurances et les garanties de la réussite du dialogue.
Une mission qui s’avère des plus complexes dans la mesure où le nouveau gouvernement sera d’emblée au-devant de la scène, et aura à convaincre par ses actions, sa disposition à écouter la préoccupation du peuple, par la concrétisation des mesures annoncées par le président durant la campagne électorale, qu’il ne s’agit pas d’un passage en force destiné à une reconduction maquillée de l’ancien régime. C’est toute la difficulté qui attend le Premier ministre et son équipe, du fait que pour amener ceux qui ont refusé l’option de l’élection présidentielle, et en rejettent aujourd’hui les résultats, à dialoguer, il est plus qu’important de présenter les faces et les grandes lignes d’un nouveau paysage politique où les ombres du passé, n’auront aucune place.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré