{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

En proposant leur initiative de sortie de crise

Les démocrates entrent dans la danse

Les forces de l’alternative démocratique rejettent d’emblée les initiatives politiques qui visent à réhabiliter et recycler le système.

Les Forces de l’alternative démocratique ont appelé, hier, lors d’une réunion des partis signataires du pacte du 26 juin, à une « convention du pacte politique pour une véritable transition démocratique », la date a été fixée pour le 31 août de l’année en cours.
La démarche se veut comme une réponse aux initiatives qui viennent de se faire connaître publiquement, à savoir l’initiative de forum national pour le dialogue de Aïn Benian et le forum civil pour le changement qui était derrière la proposition de «13 personnalités nationales » qui pourront jouer le rôle de la médiation dans un processus de dialogue inclusif.
L’initiative des Forces de l’alternative démocratique s’inscrit en porte-à-faux par rapport aux initiatives suscitées, ce qui veut dire que l’approche entamée par certains partis politiques dits d’opposition et une frange de la société civile n’est pas la bienvenue de côté des partis dits démocratique et qui se reconnaissent dans l’initiative de l’alternative démocratique.
On assiste à une véritable bipolarisation politique qui renseigne sur la complexité de la situation et les voix et moyens pour juguler la crise et sortir de la spirale qui guette les institutions de l’Etat.
Les Forces de l’alternative démocratique rejettent d’emblée les initiatives politiques qui veulent réhabiliter et recycler le système. qui est décrié par la majorité écrasante du peuple qui est mobilisé dans la rue pour exiger le départ de tous les symboles du régime. Dans ce sens, les partis signataires du pacte du 26 juin ont exigé des conditions politiques pour garantir une véritable transition démocratique. Dans ce sillage, les partis des Forces de l’alternative démocratique ont souligné que « Nous, signataires du pacte pour l’alternative démocratique, réaffirmons qu’aucune initiative politique de quelque nature qu’elle soit et aucun dialogue politique ne sont viables sans la satisfaction de plusieurs exigences », et d’ajouter dans le même sillage qui a trait aux conditions soulevées « la libération des détenus politiques et d’opinion, l’ouverture des champs politique et médiatique et l’arrêt immédiat du dispositif répressif et de l’instrumentalisation de la justice, ainsi que le départ du régime et de ses symboles », ont précisé les Forces de l’initiative démocratique dans leur communiqué. La démarche des partis de l’initiative démocratique n’obéit pas à la même démarche que celle des autres forces politiques et de la société civile qui appellent à réunir les conditions politiques pour aller vers un dialogue inclusif dans la perspective de mettre en place des mécanismes qui aident à opérer le processus de l’élection présidentielle comme premier préalable.
Les partis signataires du pacte démocratique répliquent en insistant sur la nécessité d’aller vers un processus de transition démocratique qui va consacrer la constituante comme aspiration et attente de la majorité du peuple algérien. Dans la même lancée, les Forces de l’alternative démocratique indiquent que « la constituante est la seule et unique voie qui empêche la régénération de l’ancien système», rétorquent-ils. Les Forces de l’alternative démocratique considèrent que concernant la transition, il lui faut assez de temps pour que toutes les forces de la société puissent débattre et préparer leurs feuilles de route et leurs approches programmatiques. De ce point de vue, les partis du pacte démocratique ont souligné qu’«il faut un temps nécessaire pour mettre en place cet environnement institutionnel sans lequel toute idée de rupture avec le système usurpateur sera vaine», ont-ils mentionné.
En outre, les partis du pacte démocratique ont lancé un appel aux forces vives et patriotiques de la nation « les forces patriotiques, démocratiques et sociales, qui aspirent à faire valoir les revendications légitimes du peuple algérien et faire aboutir ses exigences révolutionnaires, à s’inscrire activement dans notre effort à entretenir l’espoir et à imposer une alternative démocratique », ont-ils noté dans la déclaration finale qui a sanctionné la rencontre.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours