{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Bouira

Les beaux jours de la bureaucratie

Il décrète une grève camouflée par le Hirak et bloque toute une population.

La bureaucratie dans ses multiformes a de beaux jours encore en Algérie. Souvent attribuée aux responsables, elle est souvent l’œuvre de « petits fonctionnaires » ou employés en bas de l’échelle administrative. Dans ce registre, la région Est de la wilaya devance ses pairs. Avec l’avènement du Hirak, certains employés des communes ne font pas leur travail prétextant la revendication du changement. Ces personnes oublient que leur fonction est une prestation publique qu’ils doivent assurer au citoyen, c’est un devoir. Revendiquer le départ d’un système est une demande justifiée, mais ce changement commence par soi-même. Parce que l’employé est retenu par une convenance personnelle, il décrète une grève camouflée par le Hirak et bloque toute une population. La bureaucratie ce sont aussi des responsables qui prévoient des réunions le jour de réception, c’est aussi une multitude de réponses « passe-partout» du genre : il est convoqué par son supérieur, il est en mission, pas encore rentré, revenez demain, allez prendre un café et revenez… le parfait adage du parfait planton docile et très apprécié de ses supérieurs. La bureaucratie c’est aussi et toujours cet accueil froid sur le seuil de nos administrations où sont clairement mentionnés les horaires d’ouverture et de fermeture, mais qui ne sont que très rarement respectés. Si vous venez à 8 heures, il est trop tôt, si vous arrivez à 10 heures, ils sont sortis prendre un café, vous revenez à 14 heures, on vous informera qu’il faut revenir demain parce qu’il est déjà trop tard. Ces pratiques se font quelquefois dans le dos du responsable, mais quelquefois avec son aval tacite. Pour éviter de subir ces pratiques, il y a une astuce certes ancienne, mais toujours performante. Le jour où vous voulez régler un problème au sein d’une administration, il faut vous mettre sur votre trente et un, bien vous parfumer et demander avec autorité à voir le responsable. Le préposé à l’accueil n’osera pas vous questionner sur l’objet, surtout si vous dites « el moudir » au lieu du directeur. Le hic demeure le fait que, ces bureaucrates qui ne font pas leur devoir, sont à la tête des marches du vendredi pour exiger le changement. La construction d’une Algérie nouvelle, passe par l’engagement de tout un chacun à assumer convenablement ses missions, par le respect au simple administré qui vient demander un service, par l’arrivée le matin à l’heure et sortir au moment fixé par la loi, par la référence à la conscience professionnelle, non à la crainte du responsable.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours