{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Élection présidentielle

Les 15 engagements de Mihoubi

« Pourquoi devrais-je craindre de me porter candidat? ».

Le candidat à la présidentielle du 12 décembre, Azzedine Mihoubi, a présenté, hier, les grandes lignes de son programme électoral. Lors de son intervention, il a fait savoir que les citoyens lui ont souvent demandé «d’où il a puisé tout ce courage pour prendre part à l’élection présidentielle ?. «Pourquoi devrais-je craindre de me porter candidat?», s’est-il interrogé, avant de répondre : «Je me porte candidat car je suis citoyen algérien postulant à servir mon pays.» «Je me présente à la présidentielle parce que je respecte l’intelligence des Algériens» ?, a-t-il ajouté. Pour Mihoubi, «l’élection présidentielle est devenue une question fondamentale et décisive pour dépasser la crise politique, économique et sociale prévalant actuellement». «Si on annule encore une fois la présidentielle, l’Algérie ira vers une impasse constitutionnelle fatale, autrement dit, elle fera un saut dans l’inconnu», dixit Mihoubi. «Nous espérons qu’il y aura une forte participation à l’occasion de ce grand rendez-vous », a-t-il indiqué. D’après le nouveau patron du RND, «toutes les revendications du Hirak ont été satisfaites bien que leur plafond ait été sans cesse relevé». «Nous irons à l’élection présidentielle pour mettre en œuvre l’article 8 de la Constitution», a-t-il soutenu.
Le programme du président par intérim du RND, un parti de la défunte coalition présidentielle, se décline à travers 15 engagements stratégiques. Sur le plan politique, le RND promet d’élaborer une nouvelle Constitution qui consacrera la séparation et l’équilibre des pouvoirs et armera le contrôle de l’action de l’Exécutif par le législatif. Elle consacrera l’indépendance de la justice en accordant l’autonomie du Conseil supérieur de la magistrature par rapport au président de la République. Elle renforcera le rôle et le pouvoir des institutions de la République, les organes de contrôle bénéficieront d’une totale indépendance, leurs missions respectives seront désormais orientées vers la défense des intérêts de la nation et non des personnes.
Le Parlement verra son rôle renforcé par sa consultation systématique, par le pouvoir exécutif, sur les grandes décisions à engager au nom de l’Etat algérien. A ce titre, un processus de révision de la Constitution sera engagé. Il sera précédé par l’organisation d’un large débat national. En somme, les réformes qui seront lancées répondront aux revendications populaires exprimées par la majorité des citoyens. Elles consacreront l’Etat de droit et garantiront la justice sociale. Il promet également d’instaurer une justice indépendante et protectrice des libertés individuelle et collectives. La justice se verra renforcée en tant que pouvoir indépendant. Il sera question de consacrer le principe de l’indépendance du Conseilsupérieur de la magistrature (CSM). Les activités de ce conseil ne seront plus présidées par le président de la République ou par le ministre de la Justice, mais par un magistrat élu par ses pairs. Il s’agit aussi d’instituer une Cour constitutionnelle (en remplacement du Conseil constitutionnel), avec une possibilité de saisine directe par le citoyen, quand il estime qu’une situation est en violation de la Constitution.
La mise en place de la Haute Cour de l’Etat, pour juger les actes du président de la République et du Premier ministre, dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. « Une réforme de décentralisation et de déconcentration au profit des collectivités locales, la mise en place d’une nouvelle organisation territoriale, figurent sur la liste des engagements électoraux.
Par ailleurs, la wilaya d’Adrar a été choisie pour marquer le coup d’envoi de la campagne du RND.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours