{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La 24e démonstration des étudiants

Le cours de patriotisme

Vigilants, les étudiants ont expulsé de leur marche tous les étrangers qui voulaient noyauter la manifestation…

Infatigables, ils ont commencé leur 24ème démonstration. Entre colère, détermination et concentration, les étudiants sont revenus investir les rues de la capitale. Ils étaient nombreux, solidaires et marchaient main dans la main. Les étudiants confirment encore une fois leur maturité et conscience des enjeux politiques. Ils se protègent et protègent les leurs. En les observant, nous avons l’impression qu’ils forment une seule famille, qu’ils se connaissent et qu’ils se soutiennent. Filles et garçons, ils sont tous unis. Ils contrôlent la situation et expulsent chaque personne étrangère du corps estudiantin. Hier, en début de matinée, certains ont tenté d’infiltrer les rangs des étudiants en brandissant des pancartes hostiles au pouvoir, à la presse et à la justice. Certains de ces « étrangers » sont d’un certain âge, ils se connaissent et forment de petits groupes.
Les jeunes présents ont exprimé le fait que la manifestation est la leur, y compris l’organisation. La majorité d’entre eux, a souligné que les manifestations organisées le mardi sont celles des étudiants certes, mais les autres ne sont pas exclus, sauf s’ils veulent imposer certaines règles ! « Nous ne sommes pas tous étudiants. Ya parmi nous les enseignants, les militants, activistes, des couples, des enfants… Toute autre personne qui porte l’Algérie dans son cœur est la bienvenue parmi nous », explique Linda, jeune étudiante en invitant tous les Algériens à se joindre à tous les mouvements de protestation sans aucune hésitation... « Ce sont des polémiques qui alimentent la haine, nous avons besoin d’être unis, de former un seul corps et d’arracher nos droits et revendications », ajoute-t-elle. Dans ce même chapitre, on rappelle que les centaines de jeunes qui sont descendus dans les rues ce mardi, avec toujours le même mot d’ordre depuis plus de 6 mois, ont levé le ton et ont scandé haut et fort «système dégage»! Un seul mot d’ordre domine «Pas de dialogue avec le reste de la mafia», «Etat civil et non militaire», «Vive l’Algérie», «Pas de vote» «Libérez les détenus d’opinion», «Libérez les médias et la justice», et plein d’autres slogans hostiles au pouvoir. Ils ont marché durant des heures sous un soleil de plomb en chantant «Deuxième indépendance pour l’Algérie». Les grands boulevards d’Alger témoignent de l’ampleur inédite qu’a prise cette mobilisation estudiantine. Dans ce même sillage, ils assurent ne jamais abandonner jusqu’à satisfaction de toutes les revendications, ils promettent de revenir plus forts en début de septembre. « Ça sera une rentrée sociale explosive. Au rythme de la protestation », lance un des jeunes manifestants. Pour les services de l’ordre ce n’est pas toujours simple d’encadrer les jeunes. « Ils ne sont pas tous étudiants.
La marche est infiltrée. Ya des gens qui pénètrent parmi les jeunes étudiants pour faire passer leurs messages… », lance un des officiers supérieurs qui a supervisé le travail de ses éléments. On note qu’aucune arrestation ni affrontement avec les forces de l’ordre n’a été enregistré. S’agissant du dispositif sécuritaire, un impressionnant dispositif de sécurité a été déployé pour ce 24ème mardi. Hier encore, tous les axes au centre de la capitale ont été fermés dès les premières heures de la matinée.
Les grands boulevards de la capitale ont tous été bloqués par des camions stationnés pour interdire le passage aux étudiants. La marche a commencé depuis la place des Martyrs. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours