{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Une statue inaugurée, hier, à aïn el hammam

Le chahid Belaïd Ait Medri enfin réhabilité

Il tomba au champ d’honneur dans la région de Yakouren le 13 octobre 1960.

Dans la foulée de la commémoration du 63ème anniversaire du congrès de la Soummam et de la Journée nationale du moudjahid, la localité de Aïn El Hammam (wilaya de Tizi Ouzou) a abrité, hier, un vibrant hommage rendu au maquisard Belaïd Ait Medri auquel une statue a été dédiée. En effet, des centaines de personnes étaient présentes, hier, au village Ait Mellal dans la commune d’Ait Yahia (daïra de Aïn El Hammam) afin de prendre part à l’hommage qui a été rendu au maquisard, militant nationaliste et ancien militant du FFS, Belaïd Ait Medri. Des responsables locaux et des élus aux Assemblée populaires communales de la région ainsi qu’à l’APW dont le président par intérim de l’Assemblée populaire de wilaya, Mohamed Achir, étaient aussi de la partie pour prendre part à l’émouvant recueillement à la mémoire du martyr Belaïd Ait Medri. Les membres de la famille de Belaid Ait Medri étaient très émus et touchés par cette pensée à l’égard d’un homme qui a sacrifié sa vie pour une Algérie libre et indépendante. Les anciens compagnons de combat et de lutte de Belaïd Aït Medri ont été également très touchés par cette réhabilitation d’un homme qui a été de tous les combats pour une Algérie meilleure, aussi bien avant l’indépendance, pendant les 7 années de guerre qu’après l’indépendance avec le soulèvement du FFS (Front des forces socialistes). En effet, Belaïd Aït Medri a été un militant nationaliste de la première heure. Il naquit en 1924 au village Ait Mellal près de l’ex-Michelet. Enfant, il fut scolarisé chez les Pères blancs avant de s’engager prématurément et avec fougue dans le Mouvement national dans les rangs du Parti du peuple algérien (PPA) à partir de 1945. Malgré son jeune âge, il prit part à la conférence des cadres du PPA en 1946 et fit partie de la délégation de Kabylie au congrès du PPA en 1947. Dès 1943, il devient le responsable du PPA pour la région de Kabylie en pleine crise dite berbériste. Ce qui fit qu’il ne tarda pas à remettre sa démission. Mais ceci ne l’empêcha pas de participer activement au combat pour l’indépendance de l’Algérie durant toute la période qui s’étalera jusqu’à 1962. Après l’indépendance il fut chef de daïra d’Azazga, mais il ne tarda pas à rallier les rangs du Front des forces socialistes (FFS). Naturellement, il prit part au soulèvement du premier parti d’opposition en Algérie en 1963 au cours duquel il perdit la vie lors des affrontements. Il fait partie des 400 martyrs du FFS de 1963. Il faut préciser que toujours dans le cadre de la commémoration du 63ème anniversaire du congrès de la Soummam et de la célébration de la Journée nationale du moudjahid, un hommage a été rendu hier au martyr Bachir Hettak à travers l’inauguration d’un mémorial qui lui est dédié et ce, au village où il tomba au champ d’honneur, entre les deux villages de Chebel et Azrou dans la région de Yakouren le 13 octobre 1960. De nombreuses activités commémoratives en guise d’hommage au martyr Bachir Hettak ont été en outre organisées aussi bien à Bouzeguène qu’à Yakouren. Le chahid Bachir Hettak naquit le 13 janvier 1918 au village Ibouyousfen dans la wilaya de Tizi Ouzou. Il était surnommé par ses pairs maquisards, El Bachir Ath Athmane. A.M.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours