{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le carré de l’ANP

Le patron des Tagarins refuse de troquer son uniforme militaire pour un costume civil.

Les innombrables discours du chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, qui ont jalonné la déferlante du mouvement protestataire du 22 février dernier, sont marqués par une sémantique qu’on peut résumer en quatre axes majeurs : le dialogue sincère et inclusif, le strict respect du cadre constitutionnel, la lutte implacable contre la corruption et enfin le rejet de toute ambition présidentielle prêtée au chef d’état-major. Ces quatre axes ont été réitérés, hier, lors de l’allocution prononcée par Gaïd Salah à la cérémonie en l’honneur des meilleurs lauréats des Cadets de la Nation au baccalauréat et au BEM. Le chef d’état-major a « valorisé les étapes franchies sur la voie du dialogue», notamment après «l’audience accordée par le chef de l’Etat à un groupe de personnalités nationales, qui se chargera de la conduite de ce dialogue», s’engageant «à mettre à disposition les moyens nécessaires et réunir les conditions idoines pour l’organisation des présidentielles dans les plus brefs délais». Avec la même détermination, Gaïd Salah a brandi le respect du cadre constitutionnel qu’il délimite avec une ligne rouge qu’il est strictement interdit de franchir. Ce qui a fait dire au général de corps d’armée que le Haut Commandement de l’ANP «ne déviera jamais de sa position constante, en ce qui concerne l’attachement au cadre constitutionnel, étant donné qu’il est tenu par les lois républicaines et engagé à respecter la Constitution, devant Allah, la patrie et le peuple». Le troisième axe et qui semble l’un des plus importants vu sa portée politique, concerne l’ambition présidentielle prêtée à Gaïd Salah. Dans certains milieux, on n’a pas hésité à susurrer à plusieurs reprises que le chef d’état-major serait favorable à une «solution à l’égyptienne». Mais c’est sans compter sur l’obstination du patron des Tagarins qui refuse de troquer son uniforme militaire pour un costume civil. Encore une fois, hier, Gaïd Salah a répliqué à cette rumeur affirmant que «le Haut Commandement de l’ANP n’a aucune ambition politique, sauf être au service de la nation et de ses intérêts suprêmes». Ce n’est pas la première fois qu’il balaie cette rumeur. Dans un discours prononcé le 22 mai dernier, à Ouargla, le général de corps d’armée a assuré que «(…) nous n’avons aucune autre ambition que celle de protéger la patrie, faire régner la sécurité et la stabilité et préserver l’image de marque du pays, comme l’auraient voulu nos vaillants martyrs et qu’Allah m’en soit témoin». Ces déclarations vont-elles clore le chapitre des appréhensions exprimées par nombre d’hommes politiques ou la rumeur sera-t-elle entretenue à dessein par certains milieux ? Enfin le quatrième axe redondant dans les discours de Gaïd Salah est incontestablement la lutte contre la corruption. Il a rappelé également, hier, que les institutions de l’Etat et l’appareil de justice «se sont mobilisés afin de faire réussir l’opération de lutte contre la corruption, atteindre son objectif, relever le défi de traiter les dossiers de corruption présentés auprès de la justice et juger ceux qui y sont impliqués, avec rigueur, impartialité et sérénité».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours