{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Constantine

La marche entre dans la routine

Comme chaque vendredi, Constantine a été au rendez-vous pour la 22ème fois depuis le 22 février dernier.

Même si le nombre des manifestants a considérablement diminué, la foule fidèle au Hirak a été présente. Il s’agit surtout de militants de différents partis politiques, notamment ceux connus pour leur appartenance islamiste auxquels se sont mêlés quelques rares citoyens qui n’ont manqué aucun vendredi. Certains ont affiché des revendications classiques comme « système dégage », « noutalibe bi tatbik madeteine 7 et 8 », (nous voulons l’application des articles 7 et 8). Sur d’autres affiches on pouvait lire « justice indépendante », « l’Algérie libre et indépendante », « Bédoui Bensalah dégagez ». D’autres scandent « non aux élection avec la issaba », ou encore « pas de dialogue ». La manifestation a été pacifique comme chaque vendredi avec un dispositif sécuritaire, néanmoins les forces de l’ordre ne sont pas intervenues. On trouve également des pancartes en faveur de l’Equipe nationale qui a disputé hier le match final de la coupe d’Afrique des nations contre le Sénégal, on pouvait lire « marbouha inchallah », ou « allez les Verts ». Lors de cette marche, de l’eau a été distribuée, mais aussi des bonbons. Quelques bénévoles nettoyaient après le passage des manifestants et récupéraient les bouteilles vides. Le mouvement prend un aspect plutôt classique. La manifestation de tous les vendredis a fini par ne pas évoluer et entre dans une routine de plus en plus lassante pour nombre de citoyens qui décident désormais de rester spectateurs. Ceux-là même estiment que la plupart des revendications ont été adoptées, notamment avec la lutte contre la corruption. Pour eux, les manifestants qui tiennent la rue, ont beaucoup plus des objectifs politiques et intérêts politiques surtout qu’il s’agit de manifestants qui activent au sein de partis politiques, notamment ceux de l’opposition. D’autres manifestants, principalement des jeunes scandaient, « Jeich chaâb khawa khawa », « Jazair Chouhada » ou encore « silmiya silmiya ». Ainsi un 22ème vendredi qui a été marqué par des altercations entre le groupe qui soutient Zitout et ceux qui restent fidèles aux slogans initiaux qui appellent surtout au changement.  

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours