{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La composante du panel bientôt révélée

Bensalah a choisi de travailler dans la plus grande discrétion et semble être sur le point de présenter, dans les tout prochains jours, le groupe de personnalités nationales qui sera chargé de conduire le processus de dialogue.

Abdelkader Bensalah s’attelle depuis le 3 juillet dernier, à trouver la composante du panel de personnalités, qui mènera le dialogue national inclusif. La tâche n’est pas facile. Les personnes qui seront choisies devront répondre à plusieurs critères. Elles devront, en plus d’être intègres, crédibles et compétentes, bénéficier d’une certaine aura auprès du peuple et toutes ses composantes. Sans affiliation partisane et sans ambition électorale, ces personnes qui émergent de la société en raison de leur autorité morale, leur légitimité historique ou leur compétence socioprofessionnelle, doivent aussi accepter le fardeau de la mission proposée par les pouvoirs publics. Elles vont, à ne pas en douter, poser des conditions et exiger des garanties. Pour trouver ce panel de «sages» et le convaincre de l’importance de la médiation, Abdelkader Bensalah a pris le temps nécessaire pour mener ses tractations. Il a choisi de travailler dans la plus grande discrétion et semble être sur le point de présenter, dans les tout prochains jours, le groupe de personnalités nationales qui sera chargé de conduire le processus de dialogue. Ce qui permettra donc à l’opinion publique et la classe politique d’y voir plus clair. Mais avec le message de Karim Younès, posté hier sur les réseaux sociaux, il est déjà possible d’entrevoir la composition du groupe de personnalités. Ce dernier a laissé entendre que le panel des sages sera composé d’anciens responsables qui ont brillé par leur honnêteté mais aussi des hommes et des femmes de la société civile propre et n’ayant pas de parcours entaché par des affaires de corruption ou de mauvaise gestion. Il est clair que ces personnes tiendront à préserver leur image auprès de ceux qu’ils vont représenter, à savoir les citoyens. Elles seront, à ne pas en douter, intransigeantes sur la question de la liberté d’action et de prise de décision et comme l’a bien précisé Karim Younès, elles ne chercheront qu’à donner un sens aux revendications réitérées depuis le 22 février dernier, par les manifestants à travers la révolution pacifique. Reste à savoir maintenant si ce panel va réussir converger les avis et proposer une sortie de crise qui satisfera toutes les parties, mais surtout le peuple, devenu exigeant, vigilant et méfiant. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours