{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Nouvelle année universitaire

L’incertitude domine

Officiellement, la rentrée universitaire devait avoir lieu dimanche dernier, mais au niveau de la majorité des facultés, aucun cours n’a été donné.

L’année universitaire précédente a été sauvée de justesse ! Pour cette nouvelle année, l’incertitude s’installe déjà !
Les universités sont désertées et les étudiants tournent le dos aux bancs. Officiellement, la rentrée universitaire devait avoir lieu dimanche dernier, mais au niveau de la majorité des facultés, aucun cours n’a été donné ! Cause : étudiants et enseignants font défaut. A présent, le flou règne, surtout que les étudiants avaient entamé durant le deuxième semestre de l’année précédente une grève ouverte.
Le contexte politique caractérisé par des grèves et mouvements de protestation dans les départements universitaires au niveau national prendra-t-il fin ? Pas sûr, puisque les marches des étudiants chaque mardi sont maintenues depuis des mois.
La tutelle a déclaré cette semaine qu’elle a assuré une rentrée universitaire ordinaire grâce aux efforts consentis pour augmenter les capacités d’accueil pédagogiques et des oeuvres universitaires. Entre nouvelles spécialités, mouvement au niveau des rectorats, inauguration de nouveaux départements, l’année universitaire s’annonce plutôt calme, selon le même département qui se réjouit d’une rentrée réussie. «Rien qui interpelle, puisque les travaux au niveau des campus universitaire dans l’ensemble des wilayas du pays commencent sérieusement des le mois d’octobre», fait savoir un enseignant de sciences politiques. Pour lui, il est encore trop tôt pour s’avancer sur l’avenir des cours. Pour certains observateurs, le spectre d’une année blanche n’est même pas envisageable. « Il faut savoir que les étudiants ont pris beaucoup de confiance, ils se sont positionnés et rien ne semble pouvoir les arrêter », indique un autre enseignant, tout en rappelant qu’en raison de la crise politique et du climat tendu, ils avaient tourné le dos aux bancs de l’université et rien ne garantit que cette année universitaire ne va pas basculer dans l’incertitude ! Par ailleurs, on note que le ministère de tutelle propose aux rectorats des universités de planifier des cours le samedi. Un programme qui est déjà planifié depuis l’an dernier.
Cette mesure fera le bonheur de dizaines de milliers d’étudiants, notamment ceux qui travaillent. S’agissant de la langue anglaise qui devrait remplacer la langue francise dans l’ensemble des administrations universitaires, il s’avère que cette procédure n’est qu’une tempête dans un verre d’eau. Après l’annonce de cette décision sans aucune « réflexion » et étude, la tutelle indique que probablement l’installation d’un groupe de réflexion aura lieu ! Pour rappel, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tayeb Bouzid avait indiqué, que son secteur prévoyait pour cette rentrée universitaire, la réception de 83 400 nouvelles places pédagogiques, ce qui portera la capacité d’accueil totale à plus de 1,512 million de places dans tout le réseau universitaire. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours