{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Discours très attendu du chef de l’Etat à la veille du 5 Juillet

L’heure du choix

Bensalah a reçu, hier, le premier ministre Noureddine Bedoui pour tracer les contours d’une nouvelle offre de dialogue

Course contre la montre. Le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, s’adressera à la nation à la veille de la fête de l’Indépendance, ce 5 juillet, dans un discours pas comme les précédents. Des sources proches de la présidence de la République affirment que le chef de l’Etat intérimaire fera à cette occasion plusieurs annonces en vue de désamorcer cette crise politique qui plombe le pays depuis le 22 février. Selon ces sources, Bensalah appellerait à une conférence nationale de dialogue dont la mission serait de débattre des différentes initiatives politiques pour une sortie de crise. Aussi, on croit savoir qu’il a pris attache avec de nombreuses personnalités nationales dont d’anciens ministres et chefs de gouvernement à même de mener ce dialogue ou du moins lui donner une caution morale pour sa réussite. Cet appel coïncidant avec celui lancé par une partie de l’opposition pour la tenue d’une conférence nationale
le 6 juillet prochain. Une initiative qui n’arrive pas à fédérer toute l’opposition du pays en raison des divergences profondes sur des questions fondamentales. Il s’agit entre autres de mesures d’apaisement que seul le chef de l’Etat peut y apporter la réponse. Le Mouvement populaire réclame avec insistance le départ de l’équipe gouvernementale à sa tête le Premier ministre Noureddine Bedoui. De nombreux observateurs politiques, n’écartent pas, en effet, le fait que Bensalah fasse allusion à la démission tant réclamée de Bedoui pour laisser place a un gouvernement de compétences nationales, qui fera le consensus entre le pouvoir en place, le Mouvement populaire et l’opposition. Si ses apparitions médiatiques sont très rares, Bedoui liquidant les affaires courantes. Sa dernière activité remonte au 25 juin dernier, quand il a été reçu par le chef de l’Etat. Ils ont examiné « les mesures à prendre concernant les conditions et mécanismes devant accompagner la relance du processus électoral », a indiqué un communiqué de la présidence de la République. «Le chef de l’Etat a reçu, mardi 25 juin 2019, au siège de la présidence de la République, le Premier ministre, Noureddine Bedoui, dans le cadre de son suivi continu de l’action du gouvernement», précise la même source. Lors de cette rencontre, «le Premier ministre a présenté un exposé détaillé sur la situation socio-économique du pays, en procédant à une évaluation globale de la situation politique, outre les conditions et mécanismes devant accompagner la relance du processus électoral». Si les deux hommes ont évoqué le processus électoral c’est qu’il y a un projet en gestation du moins pour renouer le dialogue et de manière apaisée en vue de parvenir à une élection présidentielle dans les plus brefs délais. Une tâche dure certes, mais réalisable avec un compromis politique des trois parties. Il y a une réelle volonté de dialoguer et d’en finir avec la crise, encore faut-il y mettre les adjuvants qu’il faut pour aplanir les différences. «C’est dans cette perspective qu’il convient de décrypter la démission hier, du président de l’APN Mouad Bouchareb», estiment les mêmes observateurs. Il est à se demander, en effet, pourquoi Bouchareb a-t-il remis sa démission, après avoir résisté contre vents et marées à ses détracteurs qui lui auraient proféré toutes sortes de menaces ? Son départ peut contribuer au dégel de la situation et provoquer un réel soulagement. Dans son discours, Bensalah évoquera également le report de l’élection présidentielle, initialement prévue le 4 juillet. Très probablement, il convoquera le corps électoral et annoncera par la même occasion la nouvelle date du nouveau scrutin présidentiel.
Il n’ y a plus de temps à perdre, surtout que la situation économique du pays risque de s’aggraver avec la persistance de la crise politique. Affaissement de la production, fuite des investisseurs et montée en puissance du chômage. Un mélange explosif au plan social.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours