{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Square ex-change de Port Saïd

L’euro en chute libre

Pour expliquer davantage cet état de fait, beaucoup établissent le lien avec le Mouvement populaire né le 22 février dernier.

Temps durs pour les courtiers activant dans le marché informel d’échange de devises en Algérie. Le dinar est ravivé, tandis que l’euro est en chute libre. C’est le constat qui a été fait à l’échelle nationale. Il s’agit là, d’un scénario auquel nous n’avons pas assisté depuis un bon moment, il faut le dire. Les échos ayant fait état, récemment de la dévalorisation de l’euro dans les espaces d’échange les plus connus, ont contribué de façon rapide à faire pression sur les marchés parallèles et à contribuer de fait à la baisse des prix de l’euro qui avaient, rappelons le, atteint des sommités, il y a de cela quelques semaines seulement.
Pour avoir une petite idée de l’état des lieux en temps réel du marché noir de devises en ce moment, on signalera que l’achat d’un billet de 100 euros se fait ces derniers jours, contre 20 200 DA, alors qu’auparavant le prix de change était fixé à 21 500 DA. Pour la vente d’un billet du même prix en euros, il est possible de troquer cette somme contre 19 500 DA alors qu’initialement il était à 21 000 DA. Certes, on conviendra que lorsqu’il s’agit d’échanger des petites sommes, cette baisse paraît modique. Cela dit, l’impact n’en sera que plus manifeste s’il est question d’échanges plus conséquents.
D’un autre côté, si l’on se fie aux dires de nombreuses personnes ayant effectué ces derniers jours le change du dinar contre
l’euro un peu partout, on constate que les prix fixés varient d’un endroit à un autre. Certaines d’entre elles ont affirmé que le prix de l’euro est descendu à 18 500 DA. D’autres ont indiqué qu’elles ont pu disposer d’un billet de 100 euros contre 17 500 DA. Il faut, par ailleurs, prendre en compte que des rumeurs sur des prix dérisoires de l’euro sont propagées sur la Toile, notamment sur les réseaux sociaux, mais il s’avère que celles-ci sont absolument fausses.
Le cas est identique pour le dollar américain qui fait également l’objet d’une dévalorisation sur le même marché. Il s’échange ainsi à 179 dinars (vente) sur le marché informel algérien, tandis qu’à l’achat, le dollar est à 178 dinars.
Par ailleurs, les experts du domaine considèrent cette baisse « surprise » du prix de l’euro sur le marché parallèle comme étant difficile à cerner. Ils se demandent dans ce sens, s’il s’agit d’un phénomène à caractère constant ou bien est-ce simplement conjoncturel, engendré par la spéculation des courtiers activant dans le marché parallèle. Par conséquent, d’aucuns imputent cette baisse des prix de la monnaie unique sur le marché de devise algérien à « des facteurs purement économiques ».
Pour expliquer davantage cet état de fait, beaucoup établissent le lien avec le Mouvement populaire né le 22 février dernier. D’après eux, la grogne du peuple a conduit à faire remonter à la surface les dossiers les plus lourds de corruption, longtemps mis sous scellés ; « Ce qui a créé une sorte de secousse dans les marchés informels de devise. » Les hommes d’affaires ayant participé à la dilapidation des deniers publics ont été placés derrière les barreaux.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours