{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tout en appelant les médias au respect des règles

L’ARAV coordonne avec l’Anie

Le rôle que doivent jouer les médias audiovisuels et la presse durant la campagne électorale qui s’ouvre demain, est au cœur de toutes les préoccupations. En effet, les patrons des médias et de la presse écrite sont invités à parapher, aujourd’hui, une charte d’éthique de l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, élaborée par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Une autre autorité, celle de régulation de l’audiovisuel (Arav) s’est manifestée, ces deux derniers jours, pour rappeler les règles que les journalistes des différents médias ne doivent absolument pas transgresser. Dans deux longs communiqués, l’Arav qui a rappelé son rôle légal de contrôle durant le processus électoral de la présidentielle du 12 décembre prochain, a annoncé qu’elle était fin prête pour assurer sa mission et que dans ce cadre elle a mis en place un plan lui permettant de s’assurer de la répartition équitable du temps de parole réservé à chaque candidat sur les médias tout au long de la campagne électorale jusqu’au jour du scrutin en passant par le silence électoral. Ce travail va être réalisé en coordination avec l’Anie comme l’a déclaré, il y a deux jours, le président de l’Arav, Abderrezak Zouina affirmant que son organe «est disposé à contrôler et réguler la campagne électorale en coordination avec l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie)».
L’Arav a tenu, cependant, à rappeler aux médias audiovisuels et électroniques leur mission de service public qui doit se faire dans le «respect des règles prévues dans la Constitution et des différents textes juridiques», notamment durant une campagne électorale. Elle les a appelés à informer les citoyens «avec responsabilité» et à faciliter l’accès des candidats à l’opinion publique nationale, en Algérie et à l’étranger, en toute objectivité, transparence et équité ne manquant pas d’insister sur le «bannissement du sensationnel et de l’alarmisme». Simplement dit, les médias audiovisuels et électroniques sont invités à accorder le même temps d’antenne et de parole aux candidats. L’Arav a ensuite détaillé les règles et les principes inspirés d’articles ou d’alinéas tant de la Constitution que de la loi organique relative à l’information ainsi que le Code électoral et la loi relative à l’activité audiovisuelle. Elle a notamment mis en avant l’article 50 de la Loi fondamentale qui dispose que la liberté de la presse écrite, audiovisuelle et sur les réseaux d’information est garantie et qu’elle n’est restreinte par aucune forme de censure préalable. Mais juste après, l’autorité a mis en avant le cahier des charges de l’activité audiovisuelle qui énonce les prescriptions permettant de «respecter les exigences de l’unité nationale, de la sécurité et de la défense nationale (…) de respecter les constantes et les valeurs de la société, de respecter les valeurs nationales et les symboles de l’Etat tels que définis par le Constitution». Avec tous ces rappels, l’Arav estime que si les médias arrivent à respecter les différentes lois cela « contribuera à la réussite de la campagne électorale attendue et à convaincre l’électeur de la réunion du climat favorable à choisir le programme électorale à même de faire participer le citoyen au scrutin pour élire un président de la République ».

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours