{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les passagers d’Aigle Azur pris en charge par d’autres compagnies

Grand soulagement !

Air Algérie a proposé une réduction de 20% pour les familles bloquées dans les aéroports algériens et français.

C’est enfin le soulagement pour plusieurs familles bloquées depuis plus de deux jours à l’aéroport international d’Alger. Victimes de l’annulation de la compagnie aérienne Aigle Azur de tous ses vols à partir de vendredi soir en raison de sa faillite, ces familles seront progressivement prises en charge par d’autres compagnies aériennes desservant la France.
En tête de ces compagnies, la compagnie nationale Air Algérie qui dès l’annonce de l’arrêt d’activité d’Aigle Azur a proposé une réduction de 20% pour les passagers bloqués dans les aéroports algériens et français. L’offre étant valable dans la limite des places disponibles, les agences d’Air Algérie ont été prises d’assaut.
C’est aussi le cas pour les agences de Tassili Airlines et Air France. Les passagers, par plusieurs dizaines, formaient des files d’attente importantes, hier, au niveau de ces agences commerciales en quête de billets d’avion. Certains ont réussi à obtenir une place pour aujourd’hui ou demain, d’autres passagers inquiets patientent toujours dans une atmosphère tendue pour savoir pour quelle date et combien doivent-ils débourser encore pour acquérir un nouveau billet d’avion vers la France. Pour rappel, Aigle Azur a été placée en redressement judiciaire lundi dernier.
Deux jours plus tard, son P-DG, Frantz Yvelin, avait annoncé sa démission de la compagnie aérienne française.
La compagnie, qui emploie 1400 personnes, est passée par une grande période d’instabilité et selon la presse française par une «guéguerre» entre actionnaires . En août dernier, les propriétaires des avions qu’elle exploite auraient menacé de les récupérer, craignant que la deuxième compagnie française, derrière Air France, ne puisse les payer. Une information que la direction a démentie à l’époque reconnaissant en revanche rencontrer «à l’instar de bon nombre d’acteurs du secteur, notamment en Europe, (...) des difficultés dans un contexte particulièrement difficile».
Principalement concentrée sur les vols moyen-courriers et notamment vers l’Algérie où elle desservait pas moins de six villes, Aigle Azur a, depuis deux ans, diversifié son activité.
Des liaisons long-courriers ont ainsi été mises en place en 2018 : Paris-Sao Paulo, Paris-Pékin. Un échec. La desserte de la Chine a rapidement été abandonnée. Quant à la liaison vers le Brésil, en partenariat avec Azul, le contrat arrivait à son terme en octobre et ne devait pas être renouvelé.
Mais «imprévisibles, des évolutions récentes dans le soutien apporté à Aigle Azur par ses actionnaires a mis à mal cette stratégie», reconnaît Aigle Azur dans son communiqué, relayé par Air Journal.
Les conflits sociaux de 2016 et 2017 n’ont pas arrangé les choses. La direction avait accepté d’augmenter la rémunération de ses salariés et notamment de ses pilotes, parmi les mieux payés de France, alors qu’elle n’avait pas les finances nécessaires. Finalement, la compagnie s’est déclarée en cessation de paiement le 2 septembre dernier et a immédiatement été placée en redressement judiciaire.
Elle espère recevoir des offres intéressantes de repreneurs lui permettant de réablir son activité. Air France figure parmi les repreneurs intéressés selon un quotidien français.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours