{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Affaire Tahkout et Haddad

Ghoul derrière les barreaux !

Abus de fonction, dilapidation de deniers publics et corruption en matière de marchés publics sont les principales charges retenues contre l’ancien ministre des Travaux publics…

’ayant pas appris à remplir convenablement et honnêtement les hautes fonctions qu’il a occupées, Amar Ghoul, ex-ministre des Transports et des Travaux publics, sénateur du tiers présidentiel, totalement déchu depuis la chute de son mentor, l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, apprend à ses dépens que la puissance qu’il tirait de sa proximité avec le pouvoir ne peut être que fragile devant une justice totalement libérée par la ferveur et le désir de liberté d’un peuple. Amar Ghoul a été placé, avant-hier, derrière les barreaux. Le président du parti TAJ et ancien ministre, a été mis, en début d’après-midi du jeudi, sous mandat de dépôt après sa comparution devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême. Il a été transféré à la prison d’El Harrach. Selon une source judiciaire, ce dernier est poursuivi dans le cadre des affaires liées aux hommes d’affaires Ali Haddad et Mahieddine Tahkout. On note dans ce sens, que, le parquet général près la Cour suprême avait engagé les procédures de poursuite judiciaire à l’encontre de Ghoul, depuis quelques semaines.
L’intéressé, sénateur du tiers présidentiel, a renoncé de son propre gré à son immunité parlementaire pour permettre à la justice de suivre normalement son cours. Le procureur général près la Cour suprême, s’est exprimé en annonçant dans un communiqué, rendu public ce jeudi, les chefs d’accusation retenus contre Goul. «Abus de fonction, dilapidation de deniers publics et corruption en matière de marchés publics sont les principales charges retenues contre l’ancien ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, qui a été placé sous mandat de dépôt jeudi », a indiqué le procureur général, tout en précisant que ce dernier a comparu, « devant le conseiller instructeur près la Cour suprême, dans le cadre de l’enquête liée à l’affaire Ali Haddad». Et ce n’est pas tout, l’inculpé est poursuivi pour octroi délibéré d’indus privilèges à autrui lors de la passation de marchés en violation des dispositions législatives et réglementaires, abus de fonction délibéré par un agent public en violation des lois et réglementations, dilapidation de deniers publics. Parmi les charges retenues contre lui, on note aussi le conflit d’intérêts et la corruption en matière de marchés publics… On rappelle que l’intéressé, dont le nom est resté intimement lié à l’autoroute Est-Ouest, ainsi que plusieurs hauts responsables du secteur des transports et des travaux publics comparaîtront, encore une autre fois devant le magistrat instructeur près la Cour suprême, chargé de réexaminer le dossier lié à ces affaires qui continue à faire couler beaucoup d’encre. Amar Ghoul fait partie de ceux qui ont couvé et porté en eux la folie qui a fait corps avec leurs pulsions les plus basses, celles qui les ont poussés à encenser un président malade au détriment du pays, rien que pour s’accrocher aux avantages des postes sans rien apporter de profitable au citoyen.
Aujourd’hui, honnis et rejetés par le peuple, ils observent leur superpuissance s’effriter face aux coups de boutoir de la rue. Au suivant !

Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire

Impliqué dans moult affaires de corruption, l’ancien wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, a été placé sous contrôle judiciaire, ce jeudi, après sa comparution devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême à Alger, dans le cadre des enquêtes liées à la lutte contre la corruption. Zoukh est poursuivi dans le cadre des affaires liées aux hommes d’affaires Ali Haddad et Mahieddine Tahkout. L’inculpé et plusieurs autres anciens hauts responsables sont poursuivis dans cette même affaire. On rappelle, dans ce sens, que le juge d’instruction près la Cour suprême a ordonné, en début de semaine, la mise sous contrôle judiciaire de l’ex-wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, après son audition dans le cadre d’une enquête liée à des affaires de corruption. Et sans surprise, ce dernier est poursuivi pour l’octroi d’indus avantages au titre de l’octroi de marchés publics et contrats, conformément à l’article 26 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption. Poursuivi aussi, pour abus de fonction, conformément à l’article 33 de la loi 01-06 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption. Il comparaîtra devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême, au cours de la semaine en cours, selon une source judiciaire.

Probablement, il sera mis sous mandat de dépôt, et ainsi, il rejoindra ses acolytes à El Harrach.

 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours