{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

L’éditorial de la revue El Djeïch insiste sur la présidentielle

«Elle est nécessaire et urgente»

« La phase que nous traversons nécessite de faire prévaloir la légalité constitutionnelle (…).»

Dans son dernier numéro, la revue El Djeïch a consacré une partie de son éditorial au dialogue auquel le Haut Commandement de l’ANP accorde une très grande importance, comme l’une des démarches à entreprendre pour aller vers des élections présidentielles, considérées comme alternative pour sortir de la situation de crise qui prévaut actuellement. Après avoir dressé un tableau sur l’achèvement de l’année de préparation au combat et le début de celle de 2019-2020, qui doit se poursuivre en développant des capacités de l’armée, toutes composantes et forces confondues, l’éditorialiste souligne « la détermination de notre Commandement militaire à ce que notre armée se tienne aux côtés du peuple en vue de concrétiser le changement souhaité, d’encourager le dialogue rationnel et intègre afin d’aller rapidement vers des élections présidentielles transparentes ». Ceci constitue pour l’auteur de l’éditorial « un principe duquel notre Armée nationale populaire, ne déviera pas ». Dans sa lecture des faits actuels il atteste « la phase que nous traversons nécessite de faire prévaloir la légalité constitutionnelle à travers l’organisation d’élections présidentielles dans les plus brefs délais qui déboucheront sur l’élection d’un président de la République ayant le désir de servir le pays et le peuple en toute sincérité ». Il prévient à cet, effet, « Ceci, loin de toute surenchère ou tentative d’imposer des conditions irréalisables, des diktats et de véhiculer des idées coloniales d’un autre âge, condamnées par l’Histoire et rejetées par le peuple.» Estimant que le peuple approuve cette démarche car indispensable dans l’intérêt du pays, l’éditorialiste ajoute dans son écrit « au moment où le peuple algérien, dans toutes ses composantes, a approuvé cette démarche sérieuse de sortie de crise en se rangeant aux côtés de l’ANP, exprimant ainsi son adhésion à son approche reposant sur le dialogue rationnel sans exclusive dans le cadre de la légalité constitutionnelle, certaines parties tentent de semer des embûches dans le processus de dialogue, en faisant valoir la nécessité d’une période de transition afin d’entraîner le pays dans le piège du vide constitutionnel, dans une tentative d’abuser et de tromper l’opinion publique interne et étrangère, en véhiculant des idées douteuses et empoisonnées ». Condamnant ce fait qui n’est plus un secret, l’auteur ajoute « Ces parties espèrent ainsi tirer avantage des espoirs, des aspirations et des revendications légitimes exprimées par le peuple.» Pour lui, ceux-là même « semblent ignorer que l’ère des diktats et de la fabrication des présidents est définitivement révolue ». A ce propos il reprend une déclaration du chef d’état-major qui avait souligné : «Quelques voix fourbes dont les intentions malveillantes sont bien connues, ayant vendu leur âme pour servir les intérêts de la bande et ceux de leurs maîtres, œuvrent par tous les moyens possibles à entraver le travail de l’Instance nationale de la médiation et du dialogue. Ils tentent notamment d’imposer des conditions irréalisables et des exigences rejetées dans leur totalité, notamment en faisant la promotion de l’idée de la négociation au lieu du dialogue et de la désignation plutôt que l’élection.». Le général de corps d’armée avait également souligné comme l’indique l’éditorialiste : «Ces parties commencent à être démasquées et nous avons des informations confirmées de leur implication que nous dévoilerons au moment opportun.» Jugeant que la composante de cette bande n’a pas avalé sa défaite, il souligne encore « les éléments de la bande n’ont pas digéré leurs défaites successives et leur échec cuisant dans leurs tentatives de surenchère et de dévoiement des revendications du peuple. Ce dernier, dans toutes ses composantes, a énergiquement dévoilé cette bande et ses maîtres, leur donnant une leçon d’intégrité et de patriotisme et rejetant leurs propositions douteuses ainsi que leurs idées empoisonnées ». Avant de conclure son écrit, l’éditorialiste ajoute : « Ces parties et leurs acolytes qui conspirent contre l’institution militaire et s’emploient à semer le doute sur ses intentions et ses efforts, à travers certaines plumes mercenaires, certaines chaînes douteuses et partis rejetés par le peuple, n’ont d’autre argument que la critique et le dénigrement dans le seul souci de concrétiser des intérêts étroits au détriment des intérêts suprêmes de la patrie, exprimant leurs doutes sur l’ANP, sur l’Instance nationale de médiation et de dialogue, sur les slogans brandis par le peuple lors de ses marches pacifiques ainsi que sur l’appareil judiciaire.» 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours