{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

5 nouvelles spécialités à la formation professionnelle

Des diplômes en phase avec le marché du travail

Le secteur de la formation professionnelle s’adapte de plus en plus aux réalités économiques du pays.

La rentrée de la formation professionnelle aura lieu le 29 septembre, mais le plus important est que cette année, ce sont les huit nouvelles spécialités proposées aux stagiaires qui viennent signer leur première entrée dans les instituts et les centres de formation. Ces nouveaux diplômes ont la spécificité d’être des spécialités très demandées sur le marché du travail. Ce qui indique que le secteur de la formation professionnelle s’adapte de plus en plus aux réalités économiques du pays.
En effet, ces spécialités sont entre autres un brevet de technicien supérieur (BTS) en contrôle de qualité des détergents et cosmétiques, le brevet de technicien (BT) électro-bobinage, BT en installation et maintenance des systèmes d’alarme et de vidéosurveillance, le BT en conditionnement des produits agroalimentaires et BTS en urbanisme. Elles sont proposées aux stagiaires dans tous les instituts. Par ailleurs, au niveau de l’Institut nationale spécialisé de la formation professionnelle (Insfp) de Draâ Ben Khedda, ce sont trois autres spécialités qui sont mises au profit des jeunes qui ont choisi d’entamer une formation à même de leur permettre de trouver facilement du travail.Ces nouvelles formations ont en effet la spécificité d’être très demandées dans les milieux professionnels. Le secteur du bâtiment, malgré un net reflux, reste le plus demandeur en matière de main-d’œuvre professionnelle. Par ailleurs, il est à noter que le marché du travail a souvent réclamé la main-d’œuvre bien formée. Il y a plusieurs années, l’agence Anem ne parvenait pas à satisfaire la demande des entreprises spécialisées dans le bâtiment. La main-d’œuvre bien formée était quasiment introuvable, causant des retards considérables dans la livraison de certains projets à travers la wilaya de Tizi Ouzou. Peu à peu, les pouvoirs publics ont compris que le meilleur moyen de satisfaire cette demande insistante était bien d’ouvrir des spécialités à travers tous les centres de formation professionnelle. La stratégie permettait ainsi d’améliorer la qualité de l’outil de travail, mais aussi de répondre à la demande qui ne faisait qu’augmenter. Enfin, relevons également que le marché du travail en matière de bâtiment a été renforcé par la main-d’œuvre étrangère chinoise et africaine essentiellement. Ce qui a permis à des chantiers de redémarrer à une allure acceptable. Aujourd’hui donc, le défi pour la formation professionnelle est de parvenir à endiguer le déficit en main-d’œuvre spécialisée et bien formée dans notre pays. La machine est bien enclenchée à Tizi Ouzou. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours