{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Tizi ouzou

Des citoyens protestent

Les habitants de l’un des plus grands villages de la commune d’Aït Aïssa Mimoun, à savoir Ighil Bouchène, ont protesté hier.

Les actions de protestation se suivent et se ressemblent dans les quatre coins de la wilaya de Tizi Ouzou où il ne se passe, désormais, pas une seule journée sans qu’on n’enregistre un investissement de la rue par les citoyens. Hier, dimanche, c’était au tour des habitants de deux localités de la wilaya de vivre au rythme de ces actions de protestation qui, quand bien même les revendications qui en seraient la cause légitime, pénalisaient tout de même les citoyens.
Ainsi, les habitants de l’un des plus grands villages de la commune d’Aït Aissa Mimoun, à savoir Ighil Bouchène, ont procédé hier dimanche dans la matinée à la fermeture du siège de la daïra de Ouaguenoun à laquelle ils sont rattachés administrativement.
Les citoyens d’Ighil Bouchène n’ont pas cessé de frapper à toutes les portes, depuis plusieurs semaines, concernant l’état catastrophique et impraticable de leur route mais il n’ y a point eu d’écho à leurs appels désespérés. Il y a une semaine, les habitants du même village avaient fermé le siège de la mairie d’Aït Aïssa Mimoun mais comme le problème semble dépasser les prérogatives de l’Assemblée populaire communale, les citoyens ont décidé de passer à la vitesse supérieure en procédant carrément au blocage du siège de la daïra dès la première heure de la matinée d’hier.
D’ailleurs, aucun responsable ou travailleur de cette daïra n’a pu accéder à l’intérieur de son bureau car les habitants d’Ighil Bouchène, par centaines, avaient observé un rassemblement de protestation devant cette administration locale, afin d’interpeller le premier responsable de la daïra sur l’épineux problème qui risque d’isoler carrément ce village après l’arrivée des premières pluies depuis avant-hier. Pour sa part, le premier magistrat de la commune d’Aït Aïssa Mimoun a affirmé que le problème de la route, soulevé par les citoyens d’Ighil Bouchène et qui est à l’origine de leur grogne est tout à fait légitime, mais, a précisé le même responsable, la solution relève exclusivement des
services de la direction des travaux publics de la wilaya de Tizi Ouzou. Quant aux protestataires, leurs représentants ont affirmé hier, qu’avec l’arrivée de l’hiver, le problème se compliquera encore davantage, car la route deviendra quasiment impraticable une fois devenue la proie des crues. « Ça a d’ailleurs commencé vendredi dernier avec les premières pluies », a déploré l’un des participants au sit-in observé devant le siège de la daïra de Ouaguenoun.
Le hic dans cette histoire, c’est que la DTP a désigné déjà une entreprise pour la réfection de cette route de même que le budget nécessaire pour ce faire a été dégagé, mais l’entreprise en question est aux abonnés absents, selon les révélations du maire d’Aït Aïssa Mimoun qui a, en outre, affirmé que cette route n’est pas la seule qui nécessite de grands travaux de réfection, mais il y en a plusieurs autres dans la même commune.
Par ailleurs, le siège de l’Assemblée populaire communale d’Akkerou dans la même wilaya a été fermé, hier, par les habitants du village Tifrit Nath El Hadj dès la première heure.
Les habitants de ce village qui ont observé, pour leur part, un rassemblement de protestation devant la mairie ont déploré l’absence de prise en charge de plusieurs problèmes qu’ils ne cessent de soumettre à qui de droit, en vain. Il s’agit notamment du retard énorme accusé dans le lancement des travaux de branchement du gaz de ville, de celui du projet du foyer de jeunes, bloqué également ainsi que du manque d’infrastructures publiques déploré dans le même village. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours