{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Santé publique

Comment remédier aux carences ?

Le ministre Miraoui a estimé qu’il faut corriger les lacunes existantes.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, a insisté hier à Alger sur la nécessité de remédier aux carences du système sanitaire. Pour ce faire, le commis de l’Etat a estimé capitale une coordination, de rigueur et de haut sens, afin d’assurer un service public de qualité qui soit à la hauteur des aspirations du citoyen.
S’exprimant lors d’une rencontre avec les directeurs de la santé et de la population, le ministre a affirmé qu’il «est temps de corriger les lacunes enregistrées». Il s’agit de «la mauvaise gestion, du manque d’organisation et de rigueur, de l’absentéisme, du manque de coordination entre les services de la santé», a-t-il déploré, ajoutant que ces lacunes, sont de véritables «défis à relever».
Par ailleurs, Miraoui, qui a relevé le «grand écart» entre les affectations importantes consacrées par l’Etat et les résultats obtenus en termes de qualité des services escomptée par les citoyens et les professionnels de la santé, a souligné l’impératif d’un diagnostic objectif et fiable des points forts et faibles du système sanitaire, en vue de le promouvoir.
Le ministre a regretté que souvent le malade est surpris de ne pas trouver son médecin après avoir pris rendez-vous, ce, après avoir parcouru une longue distance ou encore a longtemps attendu pour obtenir un RDV. Il a cité également «le pharmacien qui souvent vend un médicament au patient sans lui expliquer qu’il existe un médicament générique aussi efficace que la molécule mère».
Pour le ministre, il est nécessaire de procéder à une évaluation concise, afin de déterminer les causes des dettes accumulées par certains établissements de santé, alors que d’autres n’en souffrent point, ainsi que les raisons qui permettent à certains services de chirurgie d’effectuer des interventions, en dépit du manque de moyens, alors que d’autres services, qui disposent des moyens nécessaires, n’en effectuent même pas la moitié. A cet effet, il a instruit les directeurs de la santé, de veiller à la gestion des établissements, à la rationalisation des dépenses et au renforcement du dialogue avec les partenaires sociaux.
Il a également préconisé fermement la mise en place d’un système de suivi du personnel, afin de réduire le phénomène de l’absentéisme, qui constitue, «une menace» pour l’efficacité et la crédibilité du système sanitaire national.
Le ministre a aussi donné des instructions concernant l’organisation des transferts des patients entre les établissements de santé et la création de réseaux de soins au niveau des wilayas regroupant toutes les spécialités, en sus de l’accélératioqn de la formation des médecins généralistes pour l’obtention du diplôme d’études médicales gynécologie, la cardiopathie... ou autres.
Concernant la saison estivale. Miraoui a rappelé la détermination de son département à oeuvrer contre les maladies transmissibles et les intoxications alimentaires, en se focalisant sur la prévention et l’organisation de campagnes de sensibilisation citoyennes.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours