{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les plages envahies par les estivants

Chaud l’été !

Ils ont été plus de 33 millions de personnes à fréquenter les centaines de plages depuis le début de la saison estivale, a annoncé une responsable du ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. Citant un nombre précis à l’endroit de l’APS, la sous-directrice de l’Organisation et du développement du territoire et chef de projet «saison estivale» au niveau du ministère de l’Intérieur, Lamia Bouderouia précisera qu’un «total de 33.463.217 estivants a fréquenté les 426 plages autorisées à la baignade au niveau national du 1er juin au 22 juillet 2019». La wilaya d’Oran a dominé la fréquentation des bords de la «Mare Nostra», en affichant plus de six millions d’estivants. Celle-ci est suivie des wilayas de Boumerdès avec environ (quatre millions), Mostaganem, Jijel et Skikda (plus de trois millions), Tipasa (deux millions) et Alger (près de deux millions). La même responsable a rappelé que le nombre de plages ouvertes à la baignade a été revu à la hausse, cette année avec l’ouverture de 13 nouveaux sites, pour porter leur nombre total à 426 plages autorisées à la baignade au niveau des 14 wilayas côtières que compte le littoral algérien. Elle a ajouté que 40 plages polluées ont été recensées cette année. La plupart seront ouvertes au public dès l’année prochaine après leur dépollution par le ministère de l’Intérieur. Toutefois et malgré les efforts consentis par les pouvoirs publics en matière de sensibilisation, de prise en charge et de surveillance, 98 morts par noyade sont à déplorer dans les plages et les plans d’eau (barrages, oueds, lacs, mares d’eau, piscines et retenues collinaires) durant la période citée. Selon Mme Bouderouia, 59 décès ont été enregistrés au niveau des plages, soit 20 dans des plages surveillées et 39 au niveau des plages interdites. D’autre part, 14 personnes sont mortes dans des retenues collinaires, 12 dans des mares d’eau, 10 dans des barrages et trois dans des oueds. Afin de limiter le nombre de sinistres, des cellules de veille ont été mises en place, a-t-elle indiqué, précisant que ces noyades fatales surviennent souvent dans des plages non surveillées et rocheuses. En vue de diminuer de pareils accidents, la même responsable a annoncé «l’ouverture, au courant de la présente saison, de 80 piscines dans les wilayas du Sud et des Hauts-Plateaux». Ainsi, le ministère de l’Intérieur, a-t-il déjà entamé un programme d’inspection intensif couvrant les wilayas côtières pour s’enquérir des conditions de déroulement de la saison estivale. Pas moins de 70 cadres ont été mobilisés pour couvrir les 426 plages autorisées à la baignade et soulever leurs observations à la commission nationale, présidée par le ministre de l’Intérieur, ce qui permettra de prendre les mesures opérationnelles nécessaires, a encore indiqué Mme Bouderouia à l’APS. Les points cruciaux à surveiller sont, entre-autres, le principe de la gratuité d’accès aux plages, le respect des tarifs des services et prestations fournis et de s’assurer de la disponibilité de toutes les commodités nécessaires aux estivants, comme les moyens de transport et de loisirs. Par ailleurs, Mme Bouderouia a fait savoir qu’un «questionnaire intelligent» a été initié pour un «contrôle qualitatif» des plages, tout en annonçant une nouveauté qui réside en la connexion par tablette entre l’administrateur de chaque plage et le ministère de l’Intérieur. Cet administrateur remplit un questionnaire de contrôle trois fois par semaine (mardi, vendredi et samedi) en posant des questions à un panel de 20 estivants par plage sur les différentes prestations de service (transport, hygiène, sécurité...). Le questionnaire est ainsi transmis par «Intranet» au niveau central, afin d’analyser les données recueillies au niveau de l’ensemble des plages autorisées à la baignade.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours