{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Hassane Rabhi à propos de la présidentielle

«C’est le vœu de la majorité des Algériens»

C’est ce qu’a affirmé, hier, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, en marge de l’installation officielle des membres du jury du Prix du président de la République du journaliste professionnel.

Hier, lors d’une conférence de presse tenue au ministère de la Communication à Alger, le ministre de la Communication porte-parole du gouvernement, Hassane Rabhi, l’a affirmé. Pour ce dernier, l’élection présidentielle, prévue le 12 décembre prochain, est le vœu de la majorité des Algériens. « Les élections présidentielles sont le vœu de la majorité des Algériens, étant donné que c’est la voie salutaire pour permettre à notre pays de consolider sa stabilité et de réunir les conditions de son développement au mieux des intérêts de notre peuple », a indiqué, hier le ministre, en marge de l’installation officielle des membres du jury du Prix du président de la République du journaliste professionnel.
S’agissant du rôle que jouent les médias, il a dans ce sens, exprimé sa grande confiance en les médias pour «leur capacité à accompagner l’œuvre politique qui consiste à assurer les meilleures conditions de l’organisation de ces élections, qui sont la voie salutaire pour permettre à notre pays de consolider sa stabilité et sa sécurité», précise encore une fois le même responsable. «L’Armée nationale populaire (ANP) a apporté une contribution significative et a assuré un accompagnement certain aux revendications du peuple algérien, lesquelles sont consacrées dans tous les textes légaux, administratifs et politiques», insiste le ministre, qui explique, que ces textes constituent l’assise sur laquelle vont se dérouler ces élections et qui vont consacrer les principes de la démocratie et de la participation du citoyen, non seulement à la promotion de son pays, mais aussi à en construire l’avenir.
Concernant les informations faisant état de la retransmission des procès de Louisa Hanoune, Bachir Tartag et Toufik Mediène notamment, Rabhi a répondu que le but «n’est pas la retransmission en soi, mais que la Justice assure un procès juste et équitable concernant toutes ces affaires ou celles liées à la corruption». Il a ajouté dans ce cadre, que tout ce qui concernait la justice est de son ressort, relevant que l’Etat «est déterminé à combattre la corruption et tous ceux qui ont contribué à conduire le pays à cette situation difficile».
Le porte-parole du gouvernement a mis l’accent sur le rôle que jouent les journalistes dans la sensibilisation à l’importance du dialogue national et à l’impératif d’aller sans délai vers une élection présidentielle démocratique dans l’intérêt suprême du pays. Dans ce même ordre d’idées on note que le ministre a présidé l’installation du jury de la 5e édition du Prix du président de la République du journaliste professionnel, dont le thème est consacré cette année aux «Vertus du dialogue». «Dans la conjoncture sensible que traverse notre cher pays, la corporation a, comme à l’accoutumée, accompli son devoir national et professionnel en assurant la couverture et le suivi médiatiques des événements nationaux», a souligné le ministre tout en estimant que la compétition ouverte aux journalistes professionnels des différents médias réaffirmera l’engagement constant des journalistes algériens à l’égard des questions nationales et leur accompagnement des aspirations du peuple, relevant que les contributions des journalistes, de par le haut niveau de professionnalisme atteint, «hisseront le niveau de la compétition soumise à l’évaluation des membres du jury». Cette opération, selon le premier responsable du secteur, incitera davantage les journalistes à poursuivre leur mission, notamment en prévision de l’échéance présidentielle du 12 décembre.. «Cet important rendez-vous dans le contexte de l’instauration d’une véritable démocratie, exige la conjugaison des efforts de tous les citoyens pour garantir le droit des prochaines générations à la stabilité et au développement dans divers domaines», a-t-il ajouté, tout en relevant que le journaliste veillera à faire aboutir cette démarche pour parachever l’accompagnement du processus de dialogue, particulièrement lors des étapes phares de l’histoire de la nation. Tout en s’inclinant devant le rôle de l’institution militaire qui a accompagné les revendications du peuple et appuyé le dialogue, «nous saluons la contribution de l’Instance nationale de dialogue et de médiation (Indm) dans l’avancement du processus de dialogue qui a permis de mettre en place deux lois organiques relatives à l’Autorité nationale indépendante des élections et au régime électoral», a-t- il conclu.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours