{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Un hommage lui a été rendu par les étudiants

Béjaïa n’oublie pas Saïd Mekbel

L’ombre de Saïd Mekbel a plané, hier, à Béjaïa lors de la marche de la communauté universitaire.

Les étudiants, les enseignants et les travailleurs de l’université de Béjaïa, soutenus par la société civile ont réinvesti la rue pour exiger le départ du système, lors de ce 41ème mardi à Béjaia, A hauteur de l’esplanade la Maison de la culture, la communauté estudiantine est rejointe par la société civile pour dénoncer le système.
Comme d’habitude, la marche s’est dirigée vers la place de la Liberté qui porte le nom du défunt Saïd Mekbel, un chroniqueur, assassiné par les terroristes voilà 25 ans. La communauté universitaire n’a pas manqué de saluer la mémoire de celui qui fut un grand journaliste, rappelant au passage son parcours et ses écrits, dont le prémonitoire billet, rédigé la veille de son assassinat.
25 ans après son assassinat, Saïd Mekbel, reste toujours dans les mémoires des Algériens. Connu sous son pseudonyme «Mesmar Djeha» sur les colonnes du quotidien Le Matin il a été à l’honneur depuis deux jours à Béjaia, sa ville natale. Un hommage lui a été rendu durant ces deux jours par l’association estudiantine AAI (Amazday Adelsen Inelmaden), à travers une exposition au niveau de la résidence universitaire «Targa Ouzemmour» et la marche d’hier.
La combat de Saïd Mekbel et à travers lui celui de la génération de la décennie noire ne doit pas être oublié. Après une minute de silence, la procession s’est dirigée vers le Palais de justice où la libération des détenus d’opinion a été fermement exigée par les manifestants, qui se sont par la suite dispersés dans le calme.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours