{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Syrie

Premiers raids russes à Idlib depuis l’annonce d’un cessez-le-feu

La province d’Idlib et des secteurs adjacents dominés par des groupes terroristes font l’objet depuis le 31 août d’un cessez-le-feu annoncé par Moscou, après quatre mois de raids aériens et de bombardements menés conjointement par le gouvernement syrien et son allié russe.

Des avions russes ont mené hier deux frappes visant des groupes terroristes, dans le nord-ouest de la Syrie, premiers bombardements aériens sur la région, depuis l’annonce, par Moscou d’un cessez-le-feu il y a 10 jours, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). La province d’Idlib et des secteurs adjacents, dominés par des groupes terroristes, font l’objet, depuis le 31 août d’un cessez-le-feu annoncé par Moscou, après quatre mois de bombardements du régime syrien et de son allié russe, qui ont tué, selon l’OSDH plus de 960 civils et cela au lendemain d’une visite en Russie du président Recep Tayypi Erdogan, venu mettre en garde contre la menace subie par des postes d’observation turcs encerclés dans la région par les forces armées syriennes. Les frappes aériennes avaient été suspendues depuis, même si sur le terrain, le cessez-le-feu était régulièrement violé. «Des avions russes ont mené deux frappes sur des positions de groupes terroristes dans la région de Kabani dans le nord-est de la province de Lattaquié, à la lisière de celle d’Idlib», a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, basé à Londres. Il n’a pas été en mesure de préciser si cela signifiait «la fin de la trêve en vigueur» ou s’il s’agissait de frappes ponctuelles. Le nord-est de la province de Lattaquié abrite divers groupes terroristes dont Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l’ex-Al Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, et le Parti islamique du Turkestan. Fin avril, le gouvernement syrien, appuyé par Moscou, a lancé des raids aériens contre la province d’Idlib et les secteurs limitrophes dans les provinces voisines de Hama, Lattaquié et Alep, dominés par HTS. Le 8 août, il a débuté une offensive au sol reprenant de nombreux secteurs, y compris la totalité des zones qui lui échappaient dans la province de Hama. Une précédente trêve, décrétée début août dans cette même région, avait volé en éclats au bout de quelques jours. Voici quelques jours, l’agence officielle syrienne Sana a annoncé la destruction de drones qui visaient la base aérienne russe de Hmeïmim, des attaques dont les auteurs ne peuvent être que Hayat Tahrir al Cham et les groupes terroristes qui lui sont affiliés. C’est probablement la cause de la reprise des raids aériens sur les zones de la province d’Idlib à partir desquelles sont menées ces attaques systématiques depuis l’accord sur une zone de désescalade entre les présidents Poutine et Erdogan, accord qui n’a jamais été respecté par les factions extrémistes précitées. Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts. Le régime syrien a reconquis environ 60% du territoire avec l’aide de Moscou, de l’Iran et du Hezbollah libanais. Outre la région d’Idlib, il reste des poches au nord-est de la Syrie, qui sont sous le contrôle des combattants kurdes des YPG-FDS soutenus par la coalition internationale que conduisent les Etats-Unis.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours