{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Les islamistes présentent un candidat à la présidentielle

Ennahdha choisit Mourou

L’ex-président de la République, Moncef Marzouki, et le ministre de la Défense, Abdelkrim Zbidi, sont eux aussi, entrés en lice.

La campagne électorale promet d’être animée. Elle donnera certainement la pleine mesure des potentialités humaines que recèle la Tunisie, qui doit tourner définitivement la page du régime du président déchu Zine El Abidine Ben Ali et surtout poursuivre l’œuvre du président disparu Beji Caïd Essebci. Pour cela il va lui devoir surmonter, en priorité, des problèmes économiques chroniques, particulièrement amplifiés par un terrorisme ravageur qui a énormément nui à un secteur touristique gros pourvoyeur d’emplois et de devises. Tout comme il va lui falloir se débarrasser des hordes terroristes qui n’ont apparemment pas renoncé à déstabiliser la Tunisie alors que les rémissions sur les plans politique et économique commençaient à peine à se dessiner. Deux thèmes qui s’annoncent centraux pour une campagne pas encore lancée. Et il est quasiment certain qu’ils feront la différence. Ils seront déterminants dans la course au Palais de Carthage. Les islamistes, qui viennent d’annoncer leur participation à ce scrutin majeur mettront incontestablement leur grain de sel. Pour l’instant, c’est leur entrée en lice, qualifiée d’historique, qui fait l’actualité. Le mouvement Ennahdha en Tunisie a présenté son candidat, Abdelfattah Mourou, à la présidentielle anticipée du 15 septembre, une première dans l’histoire de cette formation, a rapporté hier l’agence de presse TAP. Les membres du « Conseil de la choura» du Mouvement Ennahdha ont voté pour Abdelfattah Mourou, candidat du parti à l’élection présidentielle anticipée. «Les membres du conseil ont voté à une majorité confortable pour Mourou, président du Parlement par intérim», a indiqué le porte-parole du mouvement, Imed Khemiri, à la clôture des travaux de la choura.
Le champion d’Ennahda a bénéficié d’une quasi-unanimité après que le président du parti, Rached Ghannouchi, lui a cédé la place. En effet, selon le règlement intérieur du mouvement, la candidature à la présidentielle aurait du revenir au président du parti. Qui est Abdelfattah Mourou, ? Agé de 71 ans, il est chef du Parlement par intérim, depuis que son prédécesseur, Mohamed Ennaceur est devenu président par intérim de la Tunisie après le décès, le 25 juillet, du président Beji Caïd Essebsi, à l’âge de 92 ans. « C’est la première fois de son histoire que le mouvement présente un candidat à la présidentielle», a dit le porte-parole d’Ennahdha, Imed Khmiri. En 2011, neuf mois après la révolution du Jasmin qui a conduit à l’éviction de l’ancien président Zine el Abidine ben Ali, Ennahdha avait remporté les législatives, le premier scrutin post-révolution. Connu pour sa modération, Abdelfattah Mourou est l’un des membres fondateurs d’Ennahdha aux côtés de Rached Ghannouchi. Une autre candidature de poids a été annoncée : Il s’agit du prédécesseur de Caïd Essebci.
L’ancien président de la République tunisienne, Moncef Marzouki, président du parti Al Harak a déposé, hier, sa candidature à l’élection présidentielle anticipée programmée pour le 15 septembre, a rapporté l’agence de presse TAP. «Aujourd’hui, dans la Tunisie démocratique, chaque citoyen a le droit d’éligibilité et de vote » a-t-il déclaré à la presse.
M. Marzouki n’a pas dévoilé son programme électoral, préférant le rendre publique lors de la campagne qui doit démarrer le 3 septembre prochain. « Une autre Tunisie » (Tounès Okhra) a affirmé mardi soutenir la candidature de Moncef Marzouki à la présidentielle anticipée programmée pour le 15 septembre prochain, a rapporté l’agence de presse officielle tunisienne TAP. Moncef Marzouki avait occupé le poste de président de la République de la fin 2011 au mois de décembre 2014. Lors des élections de 2014, il a été battu par feu président Béji Caïd Essebsi qui a obtenu 55, 6 pc des voix. La coalition «Une autre Tunisie» regroupe le mouvement Al Harak et Wafa, et plusieurs indépendants. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours