{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Le terrorisme aux portes d’Alger

Vigilance. Birtouta est à moins de 20 km d’Alger. Dans la banlieue Sud de la capitale. C’est là que notre armée a capturé, mercredi dernier, un terroriste « grâce à l’exploitation de renseignements » précise le communiqué du MDN publié jeudi dernier. Ce terroriste « était candidat à l’exécution d’un attentat kamikaze visant les marches pacifiques dans le centre de la capitale, en utilisant une ceinture explosive», est-il précisé. Si le communiqué est laconique comme d’habitude, son contenu diffère totalement des autres. L’événement marque un audacieux redéploiement du terrorisme dans notre pays. De toute évidence, il cherche une cible à forte résonance médiatique. Par son choix de frapper dans la capitale et de plus frapper au milieu des marches pacifiques qui font l’admiration du monde entier. L’autre élément nouveau et tout aussi médiatique est dans l’utilisation du kamikaze avec ceinture d’explosifs. En 30 ans d’histoire du terrorisme en Algérie, le kamikaze qui «s’explose» au milieu de la foule n’a été utilisé qu’une seule fois dans notre pays. C’était à Batna, le 7 septembre 2007. Le terroriste qui attendait l’arrivée du cortège présidentiel de l’ancien chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, pour passer à l’action a été repéré par des citoyens. Dans sa fuite et alors qu’il était poursuivi par un policier, il actionna sa bombe. Bilan : 22 morts et une centaine de blessés. Trois mois plus tard, le 11 décembre 2007, un double attentat à la voiture piégée a eu lieu à Alger. Le premier devant le siège du Conseil constitutionnel et le second, 10 minutes plus tard à Hydra devant le siège du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés. Bilan : 37 morts et près de 200 blessés. Treize années après, le terrorisme veut encore frapper les esprits en projetant des attentats-suicides en pleine capitale. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce choix. Depuis des années, l’ANP mène une guerre sans merci aux groupes terroristes en divers points du pays. Le bilan des terroristes neutralisés et des caches d’armes découvertes est édifiant. De ce fait, aucune action terroriste d’envergure n’a été enregistrée. Monter une action spectaculaire dans la capitale pourrait, aux yeux des terroristes, créer l’illusion d’un retour en force dans notre pays. En faisant le lien avec la recrudescence des actes terroristes au Sahel. Et la situation en Libye. Mauvaise appréciation car en Algérie l’armée combat et le peuple monte la garde !

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes éditions de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours