{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La voie du compromis

Dans sa revue en ligne La Règle du jeu, le sioniste franco-israélien Bernard-Henry Levy commente, sans relâche, les « évènements » du Hirak en Algérie. Englué dans le bourbier makiste depuis quelques années, il pleurniche sans cesse sur l’« oppression » du « peuple kabyle » auquel il propose son expérience agissante pour faire avancer les thèses séparatistes (…), avec « l’appui » d’Israël et « l’écoute » des Nations unies. Là, le soi-disant avocat des communautés kurde et yazidie lorgne, avec délectation, le Hirak tant il croit l’occasion trop belle pour s’en emparer. Mais BHL n’est qu’une facette visible de l’iceberg dénoncé par le vice-ministre de la Défense, chef d’état-major, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, qui ne cesse de mettre en garde contre les manœuvres internes et externes pour saborder le pays.
« Nous avons affirmé, à maintes reprises, que s’écarter, sous quelque forme que ce soit, du cadre constitutionnel, signifie tomber dans des éventualités aux conséquences désastreuses, à savoir basculer dans le chaos…C’est le vœu de la bande, de ses têtes et de tous ceux qui leur vouent allégeance », a déclaré le chef d’état-major de l’armée résolu à « barrer la voie à tous les opportunistes, arrivistes et traîtres qui tentent de brouiller les efforts de l’Algérie ». Ainsi, faut-il prendre la pleine mesure des risques encourus et de la nécessité d’une grande vigilance, en ces temps troublés. En quatre mois de contestation, il est plus que temps de faire la part des choses et d’agir pour sortir de la crise. La tâche incombe aux familles politiques, de quelque bord qu’elles soient et à la société civile, dans toute sa diversité. L’armée veille, quant à elle, à la sécurité et à la stabilité du pays, tout en encourageant le dialogue, source d’un compromis, seule voie à même de permettre cette sortie de crise. Des signes encourageants sont apparus, ces derniers jours, qu’il faut saluer et soutenir parce qu’ils augurent d’un progrès, certes balbutiant, mais indispensable dans un contexte socio-économique préoccupant et un cadre régional sécuritaire inquiétant. Des BHL, il y en a plus d’un, aussi sournois et dangereux, ici-même. C’est pourquoi le Mouvement populaire qui a conscience de son rôle et de sa responsabilité ne peut ignorer l’opportunité d’un dialogue inclusif et volontariste, autour d’un programme consensuel dont la mise en œuvre appartiendra au prochain président démocratiquement élu.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours