{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

La voie de la raison

Voilà vingt-neuf semaines que le pays est confronté à une mobilisation de la rue, traversée par des courants contradictoires et, sinon même, contraires, de sorte qu’il n’y a aucune place pour l’émergence d’un programme clair et constructif. Face à cela, bon nombre d’Algériens expriment déjà leur ras-le-bol d’une situation préjudiciable à l’économie et source d’un malaise profond, consécutif à l’impasse dans laquelle on veut maintenir le pays. Est-il normal de revendiquer la démocratie et de refuser au peuple le droit de s’exprimer en toute liberté ? L’élection présidentielle n’est pas seulement une issue constitutionnelle de la crise, elle est, d’abord et surtout, la consécration de la souveraineté populaire dans tout ce qu’elle a de plus fondamental. Les partis politiques, la société civile et les personnalités qui s’inscrivent dans la feuille de route de l’Instance nationale de médiation et de dialogue ont pour ambitions d’apporter des propositions concrètes qui doivent permettre de sortir, au plus vite, du bourbier dans lequel certains entendent plonger le pays. Quant à l’élite, au sens large, elle tarde à se manifester réellement, malgré quelques tentatives, ici et là, alors qu’elle est censée être la source même de l’imagination et de la définition des nouvelles perspectives attendues par le peuple. Il lui aurait fallu, assumer cette mission historique, activement, objectivement et positivement, faute de quoi elle va simplement manquer le train de l’Histoire. L’heure est, désormais, à un dialogue sans préalable ni surenchère, comme le recherchent certains courants politiques qui œuvrent à un processus d’escalade, sous couvert de revendications démocratiques, afin de porter un nouveau coup à l’unité, à la stabilité et à la sécurité du pays. Or, s’il est une mission noble et sacrée dont l’armée a le devoir, depuis des décennies, c’est bien la défense de cette unité, de cette stabilité et de cette sécurité. Une mission qu’elle a toujours assumée, et qu’elle assume pleinement ces derniers mois, en veillant à protéger l’Algérie des tentatives sournoises de déstabilisation, et cela dans le cadre strictement constitutionnel. D’où son attachement indéfectible à la légalité et au respect de la Constitution, assorti d’un soutien constant et résolu de la revendication populaire quant à l’avènement de la IIème République. Avènement qui ne saurait intervenir qu’ à travers l’expression de la volonté populaire, lors de l’ élection présidentielle qui privilégiera le choix souverain du peuple algérien et de lui seul. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours