{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Fourgon cellulaire non-stop

«Liste d’attente.» La justice ne semble pas prête à baisser son rythme de travail. Sans précipitation. Pour preuve la : Cour suprême est aussi mise à contribution. Alors que les tribunaux poursuivent toujours le traitement des dossiers impliquant des hommes d’affaires, la Cour suprême vient de «prendre en charge» de hauts responsables, soupçonnés de collusion dans ces mêmes dossiers. «Règle du privilège de juridiction» oblige. C’est elle qui a décidé la mise en détention préventive des anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal ainsi que de l’ancien ministre, Amara Benyounès tandis que son collègue Abdelghani Zalène a été placé sous contrôle judiciaire. Cependant les auditions sont loin d’être terminées. Pour les hommes d’affaires comme pour les hauts responsables de l’Etat incriminés dans des affaires de corruption et d’abus de fonction. Dès demain, les navettes du fourgon cellulaire ont toutes les chances de reprendre. Le milieu des hommes d’affaires algériens est en plein désarroi. Le dirigeant du groupe Sovac, Mourad Oulmi, a été interpellé, jeudi dernier, par la brigade judiciaire de la Gendarmerie nationale. Pour les mêmes raisons que les hommes d’affaires qui sont en prison. C’est-à-dire pour des délits économiques qu’ils n’auraient d’ailleurs pas pu commettre sans l’aide de hauts responsables de l’Etat. Ces derniers sont, à ce jour, au nombre de 12 selon le communiqué de la cour d’Alger. Hormis les quatre que nous avons cités plus haut, neuf autres responsables seront donc fixés sur leur sort au courant de cette semaine. Ceci étant dit, il ne s’agit ni de chasse aux sorcières ni de règlements de comptes entre clans comme certains veulent l’insinuer. Rebrab n’a aucune affinité avec les Kouninef. Pour ne citer que ce cas. De plus, aucun secteur n’est négligé. Le directeur général du CHU de Constantine et deux
autres personnes, ont été placés sous contrôle judiciaire, jeudi dernier, pour une affaire de corruption. A Chéraga, à Dar El Beida, les tribunaux font le même travail. C’est grâce à notre armée que la justice s’est libérée. C’est grâce à l’ANP qui est sur tous les fronts - extérieur et intérieur - qu’une nouvelle page de notre histoire est en train de s’écrire sous nos yeux. Pour la nouvelle Algérie souhaitée par le peuple. A un moment où, notre armée est aussi sur la brèche, tout au long de nos frontières. Pour nous protéger. Tous les Algériens devraient en avoir conscience ! 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours