{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Son P-DG l’a déclaré, hier

Sonelgaz recourra à l’emprunt extérieur

Le groupe a réalisé un plan de développement colossal qui a permis de hisser le taux d’électrification à plus de 98%.

Le groupe Sonelgaz envisage de recourir à l’endettement extérieur pour assurer son plan de développement mais «avec la formule la plus confortable», a indiqué hier à Alger, son P-DG, Chahar Boulakhras. Lors d’une conférence de presse en marge de la cérémonie de célébration du 50e anniversaire de Sonelgaz, Boulakhras, a affirmé que «l’endettement extérieur est une option envisagée qui est en cours d’être examinée afin de trouver les conditions les plus confortables et les moins contraignantes». «Nous sommes en train d’examiner des offres intéressantes à travers trois ou quatre alternatives (...) sans garanties souveraines. Ce sont des sommes importantes qui peuvent être mises à notre disposition et vont contribuer en partie à atténuer les besoins en termes de mobilisation de ressources financières, avec des conditions très abordables qui n’engagent pas l’Etat», a-t-il expliqué.
Quant au parcours du groupe, le P-DG dira : «Nous célébrons en ce 50ème anniversaire nos réalisations, nous dressons un bilan et examinons les moyens de nous renforcer davantage à l’avenir.» Il dira également, que le système électrique et gazier en Algérie est devenu beaucoup plus grand et beaucoup plus complexe qu’avant. «Nos réseaux ont considérablement évolué. Parallèlement, notre économie s’est développée et elle continuera à le faire», expliquant en outre que l’enjeu aujourd’hui, est de la faire évoluer en la rendant indépendante des revenus des hydrocarbures. Pour le même responsable Sonelgaz a un grand rôle à jouer pour mettre à la disposition des industries l’énergie qu’il faut pour créer de la richesse et ainsi échapper aux désagréments des grandes fluctuations des prix du pétrole et leur volatilité excessive. A présent, selon son P-DG, Sonelgaz a réussi le challenge d’assurer une couverture quasi complète du territoire algérien en électricité. «Sonelgaz et ses filiales ont eu le privilège de prendre en charge un plan de développement colossal qui a permis de hisser le taux d’électrification à plus de 98% dès 2008», fait savoir le responsable tout en indiquant qu’il alimente aujourd’hui près de 10 millions de clients répartis sur tout le territoire algérien, qu’ils soient installés au nord, comme au sud, comme dans tous les lieux difficiles d’accès en Algérie. Ils étaient à peine
700 188 clients en 1969. S’agissant du gaz, le taux de pénétration est de plus de 62%, ce qui permet d’alimenter en gaz naturel plus de 5,6 millions de clients dans les meilleures conditions de sécurité et de continuité. Les clients du gaz étaient à peine de 168 000 en 1969. «Notre mission de service public est ainsi assurée parce que nous sommes déterminés à offrir des services énergétiques abordables, fiables et modernes», assure-t-il. «Pour alimenter tous nos clients et pour parvenir à leur assurer de la puissance, notre parc de production de l’électricité a été multiplié par 33 (nous sommes passés de 626 MW en 1969 à près de 21 000 MW aujourd’hui)», révèle le même responsable en précisant qu’aujourd’hui, il compte des réseaux de transport et de distribution de l’électricité développés partout, atteignant plus de 360 000 km. Le premier responsable du groupe, souligne aussi, qu’il a été réalisé d’importants investissements dans le développement des ressources humaines parce que «Sonelgaz a toujours été considérée comme une locomotive tant sur le plan de la création de l’emploi, notamment indirect, que dans la qualité de sa gestion et plus particulièrement de sa gestion des ressources humaines, même dans les moments les plus difficiles.» S’agissant des projets du groupe, il fait savoir que l’introduction de nouvelles technologies dans les activités de base est une priorité. 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours