{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Santé végétale

L'Algérie se met aux normes européennes

Des normes internationales pour des échanges de «produits sans frontières».

Les participants au Séminaire sur le lancement du jumelage institutionnel Algérie-UE dans le domaine de la santé végétale, ont souligné la nécessité impérative pour les entreprises algériennes d’adopter les normes internationales, afin de conférer davantage de crédibilité au contrôle et aux échanges commerciaux dans le domaine, avec les autres pays.
Devant être mis en application à travers un partenariat algéro-italo-français, ce programme oeuvre à promouvoir le contrôle et le suivi en matière de santé végétale, à travers les laboratoires et les entreprises algériennes spécialisées, et permettre ainsi un transit plus fluide et facile des produits agricoles au niveau des frontières, a-t-on expliqué.
Lors de l’ouverture du séminaire, le SG du ministère de l’Agriculture, Abdelhamid Hamdani, a précisé que ce programme visait à adapter les lois nationales en matière de santé végétale aux normes internationales en vigueur. Le jumelage va renforcer et optimiser les systèmes de contrôle technique des végétaux et des produits végétaux pour faciliter leur commercialisation, voire leur exportation vers l’Union européenne (UE) et ailleurs, conformément aux normes ISO 17 020 (NA 13 001). Il est également question de garantir avec précision les résultats des analyses des laboratoires pour répondre au système de management pour la qualité, selon la certification ISO 17025 (NA 13012) et le système d’information pour les services de la santé végétale et les dispositifs de soutien. Le directeur de la protection des végétaux au ministère de l’Agriculture, également chef du projet de jumelage pour la partie algérienne, Mokrane Maâmar, a fait savoir que cette visée, inscrite dans le cadre du programme P3A, permettrait de moderniser le contrôle technique des végétaux afin de faciliter les échanges commerciaux de ces produits. Parmi les créneaux à exploiter, il a cité les analyses, les laboratoires, les certifications (ISO 17020-17025), en sus de la numérisation du système d’information.
Cette procédure doit passer par la mise en conformité, de manière progressive, des réglementations nationales relatives à la santé végétale et au contrôle technique aux normes européennes et internationales, ainsi que par l’accompagnement des laboratoires de l’Institut national de la protection des végétaux (Inpv) et du Centre national de contrôle et de certification de semences et plants (Cncc), pour bénéficier d’un agrément, conformément à la certification ISO 17025 (NA 130012).
La mise en place d’une banque de données facilitera aussi les échanges commerciaux entre l’Algérie et ses partenaires étrangers, et couvrirait notamment les produits de maraîchage, à exploiter lors «exportation.
Pour sa part, le chef du projet de jumelage pour la partie italienne et conseiller auprès du ministère de l’Agriculture italien, Piattella Massimiliano, a affirmé que le projet de jumelage reflète les opportunités d’échange offertes en matière de santé végétale, aux niveaux technique, sanitaire et politique.
Il s’agit de « produits sans frontières», dont le transit vise à satisfaire les besoins de chaque pays, d’où l’impératif de mettre en place une nouvelle politique commerciale à même d’éviter aux différents pays la transmission de certaines maladies et la prolifération des bactéries via leurs frontières.
La coopération dans ce domaine est à même de développer les affaires et les opérations commerciales entre les pays de la Méditerranée et de l’Union européenne (UE), et de prévenir d’éventuels problèmes ou crises économiques, a poursuivi le même responsable.
Le conseiller général en alimentation, agriculture et espaces ruraux au ministère de l’Agriculture français, Henri-Luc Thibault, a indiqué pour sa part que plusieurs défis techniques se posaient aux spécialistes pour intensifier la surveillance des produits végétaux transférés d’un pays à un autre, à la faveur des opérations d’import-export.
Pour effectuer ces échanges de manière sûre, le même responsable a préconisé le dépistage minutieux, par les laboratoires, des maladies qui peuvent avoir un grave impact sur la qualité de la production et la santé des êtres humains.
Ce projet de jumelage a été financé par l’UE à hauteurs de 1 294 000 euros pour une durée de 24 mois. Jusqu’en 2019, l’UE a financé 44 projets dans le cadre du Programme d’ appui à la mise en œuvre de l’Accord d’association entre l’Algérie et l’UE (P3A), lancé en 2009.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours