{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Entre jeunesse et gouvernants, le courant ne passe pas

La cassure générationnelle

Aujourd’hui, la question n’est pas uniquement de savoir ce que les responsables et les dirigeants politiques peuvent offrir à la jeune génération, mais plutôt comment celle-ci peut contribuer et s’engager.

Le concert du jeune talentueux Soolking, prévu pour ce 22 août, vient démasquer l’incompétence de nos dirigeants. Ce concert vient, justement, démontrer que nos dirigeants ne sont plus à la page. Ils sont juste dépassés par le temps et par les évènements. Ils ne sont plus connectés ou branchés, et de là vient toute la problématique. Incapables de s’adapter aux nouvelles générations, ils compliquent davantage la vie aux jeunes, dont le nombre dépasse les 70% de la population. Le fossé des générations n’est pas aussi peu prpfond qu’on ne le pense. Preuves à l’appui, de plus en plus, les jeunes ne portent plus les dirigeants dans leurs cœurs. Et pour cause : ces derniers ne les connaissent pas, tout simplement. Ils ne connaissent pas leurs soucis, préoccupations, ambitions, rêves et autres...
Il a fallu qu’un jeune rappeur traverse la Méditerranée, pour que des milliers de jeunes prennent goût à la musique, en quête d’espoir et de détente... Le gouvernement est, jusqu’à présent, incapable d’organiser des soirées animées, des concerts grandioses ou même des festivités... Cet été passe presque inaperçu. Rien d’aussi important n’a été programmé… Une saison estivale plutôt gâchée !
Trois départements sont quasiment déconnectés, à leur tête la culture, la jeunesse et les sports, et le tourisme. Hier, cet échec c’est traduit sur le terrain. Des milliers de jeunes ont tenté de se procurer un ticket pour le concert de Soolking. Ils ont passé des heures dans des queues interminables, pourtant, ce devrait être une simple tâche. Mais non, puisque la tutelle a décidé que la star animera une seule soirée et non pas plusieurs... Aujourd’hui, la question n’est pas uniquement de savoir ce que les responsables et les dirigeants politiques peuvent offrir à la jeune génération, mais plutôt comment celle-ci peut contribuer et s’engager. Les jeunes interrogés par L’Expression, se disent incapables de communiquer avec la génération dactylo. « Les jeunes d’aujourd’hui, sont connectés sur des applications qu’ils développent eux-mêmes, alors que les responsables sont cloués derrière des micros et communiquent via le fax et le téléphone fixe», indique Billel K., un jeune étudiant. La confiance est un facteur de taille.
Politiquement, nos responsables ont contribué à exclure les jeunes du jeu politique. Et ces derniers ont fini par ne leur plus faire confiance et n’attendre plus rien d’eux. « Malheureusement, nos jeunes ne connaissent de la politique qu’un système où les responsables politiques passent leur temps à s’enrichir. Ils ont cette idée de l’ingestion, l’échec des responsables et surtout l’incapacité de comprendre les besoins de cette jeunesse », regrette Karim, un autre jeune activiste. Il ajoute dans le même contexte, que les jeunes ont besoin que les responsables politiques reconnaissent leur échec et leur incompétence. «Ils devraient s’adresser davantage aux jeunes, de formuler des propositions pour tenter de répondre à leur insatisfaction et corriger certaines choses», propose-t-il. A ce niveau, il est nécessaire de souligner que le manque de confiance des jeunes à l’égard des responsables s’explique par des raisons bien réelles... Dans ce même ordre d’idées, on rappelle qu’un concert du chanteur français de pop-variétés, Kendji Girac, qui devait se produire pour la première fois à Alger, le mois dernier, a été annulé à la dernière minute, pour des raisons, purement bureaucratiques. Résultat des courses : jeunesse et fans déçus. «Ce genre de pratiques alimente la polémique et nourrit surtout la cassure entre les jeunes et dirigeants.»
Dans le même chapitre, l’on note qu’un évènement scientifique axé principalement sur les technologies de l’information et de la communication, regroupant plus de 500 participants de différents secteurs d’activité, peut totalement contribuer au développement technologique C-Tech, qui est prévu ce 8 août au CIC. Cet évènement vient nous confirmer que les jeunes optent pour les espaces d’échanges et de dialogue qui permettent de discuter d’innovations, de progrès et de technologies… 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours