{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Bouira

Hommage à Amrouche Mouloud

Un colloque sera organisé l’année prochaine à la mémoire du martyr de la Révolution nationale.

Un vibrant hommage a été rendu par la Maison de la culture Ali Zaâmoum de Bouira au martyr de la Révolution nationale, Amrouche Mouloud dans le cadre des festivités célébrant la Journée nationale du moudjahid. «Le martyr Amrouche Mouloud restera un monument dans l’histoire de la Guerre de libération nationale, et nous comptons aussi organiser un colloque pour lui rendre un autre hommage l’année prochaine», a indiqué à l’APS, la directrice de la Maison de la culture, Saliha Chirbi. Au cours d’une conférence animée par d’anciens moudjahidine, l’ancien colonel de l’Armée de libération nationale (ALN), Abdellah Dellès, a témoigné du parcours glorieux du lieutenant Si Lmouloud Awaqour, de son vrai nom Amrouche Mouloud, tombé au champ d’honneur le 28 juin 1957 au cours de la bataille d’Iwakourène, une épopée illustre dans la mémoire de la Wilaya III historique. «Si Lmouloud était un homme courageux et déterminé qui était toujours au-devant des rangs de l’ALN», a témoigné l’ancien moudjahid Abdellah Delles dans son intervention. Amrouche Mouloud est né le 12 décembre 1912 au village Thaddarth Lejdid relevant à l’époque de la commune de Saharidj (Est de Bouira). Selon les témoignages livrés par Abdellah Delles et l’ancien moudjahid Abdi Salah, le martyr Amrouche Mouloud a suivi ses premières études dans son village natal d’Iwaqouren, avant de rejoindre en 1934 les rangs du Mouvement national à Constantine, en compagnie de son frère aîné Ahmed Amrouche, un des premiers militants de la cause nationale dans la région de Bouira. Après l’arrestation d’Ahmed, Si Lmouloud regagne Jijel où il continua à militer au côté d’autres compagnons. De 1947 à 1950, Si Lmouloud avait assumé de hautes responsabilités au sein de l’Organisation spéciale (OS) à Jijel. En 1952, il fut arrêté par les forces coloniales et emprisonné en compagnie de Abane Remdane et d’autres militants de l’OS, à Toul-Nancy, en France, avant d’être libéré en 1954, puis il retourna à son village natal d’Iwakourène.
Contacté par le Front de Libération nationale (FLN), il rejoignit vite la révolution et prit part, par la suite, au congrès de la Soummam. Promu au grade de lieutenant politico-militaire, nommé chef de la zone II de la Wilaya III, Si Lmouloud, contribua à l’organisation de la révolution, notamment après qu’on lui a confié l’inspection des zones dans la wilaya III, ont témoigné les conférenciers.
Il organisa remarquablement les troupes de l’ALN, et avait eu d’importantes «actions d’éclat» qui redonnèrent l’ardeur à ses compagnons. En juin 1957, une bataille éclata entre un groupe de moudjahidine, dont Si Lmouloud, et les troupes de l’armée française qui leur ont tendu une embuscade à un kilomètre du village Lejdid à Iwaqouren. Si Lmouloud a été assassiné sur le champ de bataille après plusieurs heures d’une résistance farouche, selon les témoignages des moudjahidine présents à la conférence.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours