{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Assi Youcef (Tizi Ouzou)

Halli Ali a sa statue

Il est très rare qu’on organise des activités en hommage à un homme de culture en dehors des dates anniversaires de leur décès ou de leur naissance.

Une statue à l’effigie du chanteur kabyle Halli Ali a été inaugurée récemment dans sa région natale Assi Youcef dans la daïra de Boghni à 40 kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou. Plusieurs dizaines de personnes ont pris part à ce vibrant hommage rendu à l’un des plus talentueux artistes que la Kabylie ait enfanté. En plus d’artistes célèbres à l’instar de Taleb Tahar et Athmani, on a aussi remarqué la présence de Youcef Aouchiche, président de l’Assemblée populaire communale de la wilaya de Tizi Ouzou ainsi que de Nabila Gouméziane, directrice de la culture de la même wilaya. Le chanteur Taleb Tahar, et en dépit de son état de santé dégradée, n’a pas raté cet hommage rendu à un artiste qui fut son ami de longue date et qu’il estimait beaucoup.

Hommage méritoire
L’hommage rendu au regretté Halli Ali est méritoire à plus d’un titre car il est très rare qu’on organise des activités en hommage à un homme de culture en dehors des dates-anniversaires de leur décès ou de leur naissance. Le mérite revient d’abord et avant tout aux membres de l’association culturelle de «Tiregwa» puis aux habitants d’Assi Youcef et aux élus de l’APC, mais aussi aux responsables locaux de la culture qui ont tous contribué à la réussite de cet événement et surtout à concrétiser le projet d’une statue à l’effigie de Halli Ali qui permettra d’immortaliser davantage le regretté. Ali Halli, pour rappel, a marqué de son empreinte la chanson kabyle avec ses chansons au cachet exceptionnel dont l’immortelle : «Yedjayid jeddi avernous». L’association culturelle «Tiregwa» qui a supervisé toutes les activités d’hier a donc réussi le pari d’organiser cet hommage en ayant mis en place un cadre organisationnel parfait. Les invités d’Assi Youcef se sont tous regroupés au niveau de l’école du village avant de s’ébranler avec une gerbe de fleurs vers le cimetière où repose désormais Ali Halli.

Une grande émotion
Une cérémonie de recueillement empreinte de grande émotion a eu lieu devant la tombe du regretté artiste où une gerbe de fleurs y a été déposée.
Après quoi, la foule immense s’est dirigée vers l’endroit où a été érigée la statue à l’effigie de Ali Halli et c’est également dans la même ambiance qu’a été dévoilée ladite statue qui a été réalisée en un temps record grâce à la mobilisation des membres de l’association culturelle « Tiregwa » d’Assi Youcef et de l’APC d’Assi Youcef avec le concours de toutes les parties concernées. Le chanteur et auteur-compositeur Ali Halli est décédé le 22 novembre 2018 à l’âge de 65 ans après une longue maladie. C’est au début des années soixante-dix que Halli Ali mit le pied à l’étrier en se produisant notamment en France et en produisant des chanons qui ne passaient jamais inaperçues. Sa chanson «Yedjayid jeddi avarnus» est considérée comme un hymne à l’identitié amazighe et elle est également la chanson la plus connue de Halli Ali.
Halli Ali naquit en 1952 au village Ait Bougherdane dans la commune d’Assi Youcef, près de Boghni. Une région qui a donné de nombreuses autres sommités de la chanson kabyle comme Akli Yahiatène, Farid Ali et Moh-Said Oubelaid. Halli Ali était un artiste très discret qui fuyait naturellement les feux de la rampe.

Un artiste discret
Mais c’était un homme très estimé et il comptait des dizaines d’amis dans le milieu artistique. Lors d’un hommage qui avait été rendu par la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou au grand chanteur Farid Feragui, il y a quelques années, ce dernier avait exigé que ce soit Halli Ali (présent dans la salle) qui allait lui faire porter le burnous qui lui avait été offert à cette occasion. C’est dire à quel point Farid Ferragui, à l’instar de tant d’autres artistes comme Athmani et Taleb Tahar (présents à l’hommage d’hier) aimaient et portaient dans leur cœur l’enfant prodige d’Ath Boughardane.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours