{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

Conférence de presse de lancement du concours Miss Algérie 2020

«Aux détracteurs, merci !»

« Aux couleurs de l’Algérie » est le thème du concours de cette année qui sera marquée par de nombreux stages liés, notamment au théâtre, à l’environnement, la confiance en soi et aux langues…

C’est en présence de l’actuelle Miss Algérie, Melle Khadija Benhamou qui a essuyé une belle polémique lors de sa dernière élection que s’est tenue la nouvelle conférence portant sur la présentation des nouveautés du concours de Miss Algérie 2020. Hamdat Faycal président de cet événement, était accompagné aussi du directeur de la campagne de communication Rafik Baou, de Amina Zitouni, coatch de vie et de langues, enfin de Karim Akrouf créateur international, qui sera, lui, le président du jury et parrain de cette nouvelle édition. Évoquant le
« èbuzz» qu’a suscité le sacre de Miss Algérie 2019, que ce soit ici en Algérie ou à l’étranger, Hamdat Faycal dira que « c’est une fierté pour nous que cela ait suscité un tel débat » ajoutant qu’il « est temps que le monde sache que « l’Algérie se porte bien. Qu’on a notre concours national de Miss… » Dévoilant les nouveautés de la prochaine édition de Miss Algérie, le président de cette manifestation fera remarquer que le stage des candidates se déroulera cette année en Tunisie eu égard à la signature d’un partenariat avec les organisateurs officiels du concours, notamment le président de Miss Tunisie, le président de Miss Egypte et la présidente de Miss Lebanon sans oublier le président de Miss Maroc. « Nous allons bientôt se réunir pour parler des actions que nous allons entamer par rapport à cet échange culturel et touristique et ce afin de mettre l’Algérie en avant car c’est le but principal et faire la promotion de Miss Algérie bien entendu » Notons que les candidates de Miss Tunisie vont « également venir en Algérie pour faire leur stage ».

Un concours international

Prenant la parole, le couturier algérien soulignera l’impératif de faire évoluer la mode algérienne selon les normes internationales, tout en restant attachée à l’identité algérienne. A noter que la date du début du casting et la sélection des futures candidates a été fixé pour le 15 août, à Alger et plus précisément à l’hôtel La Villa, sis à Saïd Hamdine où s’est déroulée la conférence de presse. En tout, il y aura dix destinations, 10 wilayas. « Ce sera au niveau national, mais on ira aussi au niveau international. » On citera la France, avec Paris et Marseille, mais aussi Barcelone et la Tunisie. Après le sillonnement des différentes wilayas par la caravane de Miss Algérie, l’étape 2 sera franchie et se soldera par la sélection des finalistes qui vont concourir à la fin de l’année, à l’élection de Miss Algérie 2020. Elles seront au nombre de 20. Abordant pas encore les nouveautés du concours de cette année, Hamdad indiquera que pendant le stage de Miss Algérie auront lieu des éliminations qui se feront via un public qui choisira tous les quatre jours les filles qui devront quitter l’aventure ou bien rester, mais aussi en fonction des notes qu’elles obtiendront durant le stage.

Des stages à tous les niveaux

A noter que toutes les candidates seront encadrées et formées pour bien parler en intervenant, notamment devant la presse et avoir confiance en elles sachant que personne ne sait d’avance qui sera élue Miss Algérie 2020. Durant ce stage, certains cours seront assurés et porteront également sur le patrimoine culinaire, vestimentaire, cinématographique et théâtral. Cela se traduira par exemple par des challenges de théâtre, culinaire ou sportif. Elles seront notées. Cette note ou moyenne va contribuer à l’élection du top ten de la soirée de Miss Algérie et de la gagnante de Miss Algérie 2020. Autres stages : on citera un lié au perfectionnement linguistique, notamment en arabe, anglais, français et arabe littéraire. Evoquant ces stages, Madame Amina Zitouni relèvera le fait que les filles manquaient de confiance en soi d’où le fait de rajouter un atelier supplémentaire en ce sens, outre celui de la démarche et chorégraphie et le perfectionnement linguistique. Cet accompagnement sera continu, tout au long de l’année. En bénéficiera la candidate élue Miss Algérie 2020. « Pour qu’elle se réalise pleinement, nous allons l’accompagner pour qu’elle puisse mieux représenter l’identité algérienne. » S’agissant du slogan du concours de Miss Algérie de cette année, le président de cet événement, annoncera que ce dernier a été placé sous « Les couleurs de l’Algérie ». Aussi, il expliquera ce choix en relation avec ce qui se passe en Algérie, en termes de culture, de sport et même en politique en citant notamment le Hirak.

Une polémique et un buzz bénéfiques.

Le directeur de la communication quant à lui soulignera l’importance aujourd’hui des réseaux sociaux et des médias de façon générale dans l’accompagnement de ce genre d’événement, qu’est Miss Algérie et ce, dans le sens du « message qu’on veut transmettre » indiquera le président de Miss Algérie. Et Babou d’estimer pour sa part que Miss Algérie est porteur de plusieurs messages « car ce n’est pas un simple concours de beauté, mais ça transmet aussi les valeurs de la femme algérienne. C’est un élément important dans la société algérienne, surtout après ce qui s’est passé ces derniers temps… » Évoquant aussi les critères de sélection, Hamdat dira qu’ils sont d’ordre international sachant que le concours de Miss Algérie est « affilié au concours de Miss Monde ». Il faut donc avoir la nationalité algérienne, être âgée entre 17 et 26 ans et mesurer au moins 1,68 m. D’autres critères vont rentrer en ligne de mire. Les filles devront répondre à des questions pour évaluer leur niveau intellectuel. « On doit communiquer un message qui doit être honorable et loyal. Pas simplement Miss Algérie, mais les finalistes également et nous les organisateurs… » Revenant sur la polémique qui a entouré l’année dernière l’élection de Khadija Benhamou, le président de cette manifestation dénoncera l’agressivité de certains internautes qui n’apportent aucune critique constructive.
« La miss a été écartée de tout ca. Elle ne savait même pas ce qui se passait. Elle était coupée de tout, exprès. Par la suite, on a essayé de la préparer étape par étape. Personnellement, cela nous a fait beaucoup de peine… Certains commentaires étaient trop violents et faisaient vraiment mal. Fort heureusement nous avons pourtant reçu beaucoup de soutien de la part des Algériens, de certaines personnalités assez importantes y compris de l’étranger. Cela démontre une chose : il faut arrêter de dire n’importe quoi sur les réseaux sociaux. Cela ne sert à rien, si ce n’est à blesser les gens et les pousser à se refermer sur eux-mêmes…Mais je vous avoue que nous avons reçu des appels qui nous ont vraiment réconfortés. Un mal qui a fait du bien au final… et indirectement, aux détracteurs, je leur dis merci ! ». Parlant enfin, des missions que poursuit Miss Algérie 2019, Hamdat évoquera les actions caritatives qu’elle a exercées durant le mois de Ramadhan mais pas que. D’ailleurs, chaque candidate, avant de rentrer en stage, cette année, est amenée à exposer un projet en relation avec l’environnement et ce qu’elle pourrait proposer en ce sens. Une façon de choisir cette année une fille qui aura été belle, mais surtout pleine aussi… 

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours