{{ temperature }}° C / {{ description }}

Cité introuvable.

MAAEN Résidence artistique à Dar Abdelatif

Art connexion !

Ce projet, qui se veut une rencontre artistique multidisciplinaire, verra 28 artistes qui évolueront soit en binômes/trinômes hétérogènes, le temps d’une oeuvre commune…

Dar Abdelatif abrite depuis, hier, une résidence artistique unique dans son genre. Et pour cause ! il s’agit de 28 artistes d’ici et de l’étranger qui seront amenés à résider dans cette belle demeure patrimonial dans le cadre d’une résidence artistique durant tout le mois de juillet. Une première édition qui se veut être plus tard une biennale, ont fait savoir les initiateurs de ce projet, eux-mêmes artistes plasticiens, à savoir Mouna Benamani et Mahmoud Agraine et ce, lors d’un point de presse animé la semaine dernière. Le nom de ce projet hautement symbolique est « Maaen ».
Porté conjointement par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc) et la maison d’art Mood & Moob, ce projet verra en effet la participation d’artistes issus de diverses disciplines artistiques, lesquels seront amenés à travailler selon leur choix, en binôme ou en trinôme. Musique, arts plastiques, théâtre, performance, danse etc. Dar Abdelatif sera bien animée durant ce mois d’été.
Le rendu du projet devra avoir lieu au mois de décembre. L’objectif de ce projet est d’aller à la rencontre des artistes algériens d’Algérie et d’ailleurs, pour « encourager une collaboration et créer une dynamique créative collective et professionnelle en Algérie », ont expliqué les porteurs de projets, qui rappelons-le, ont connu plusieurs mois de préparation avant de se voir concrétiser enfin. « Tout est parti d’une « envie de créer un événement dans lequel des artistes travaillent en collaboration, afin de créer une seule et même œuvre, aller à la rencontre d’autres artistes.
A partir de cette envie sont nés les difficultés et les obstacles. Etant confrontés à ces mêmes obstacles que l’on connaît nous aussi, on s’est dit qu’on pourrait travailler sur un événement qui pourrait faciliter et mettre en relation tous les artistes qui sont dans cette même envie et cette vision de collaboration... », a fait savoir Mouna et d’indiquer que durant le mois de décembre, chaque week-end sera marqué de nombreux événements à même de drainer du monde pour la grande manifestation elle-même.

Travail collaboratif
Et de souligner : « L’idée est d’arriver à des œuvres hybrides. Qui ne seront ni peinture ni sculpture ni installation, mais une connexion entre les disciplines elles-mêmes. » Outre les artistes algériens d’ici, la résidence recevra aussi des artistes algériens de la diaspora et d’autres qui viendront du Canada, France, Espagne et certains artistes étrangers, notamment suisse, sénégalais etc. « Pour nous c’est important qu’il y ait aussi cette confrontation des réalités socioculturelles, politiques », confiera Mouna. Notons qu’un atelier de formation dans le numérique sera encadré durant trois jours par le spécialiste Samy Lamouti. Ce dernier se propose durant le mois de juillet de monter un atelier qui aura pour objectif d’initier les artistes et les accompagner jusqu’au mois de décembre, à créer une œuvre numérique qui sera exposée durant la deuxième rencontre de Maaen. « La seule exigence qu’on demande aux artistes est de devoir travailler avec quelqu’un d’une même discipline ou d’une autre », fera remarquer pour sa part Mahmoud.

Dialogue entre les arts
« Durant cette résidence il y aura des moments de conférence où l’on invitera des organismes culturels, qui travaillent sur la mise en relation entre des artistes, et qui organisent des échanges par exemple entre l’Algérie et d’autres pays, comme Aria ou encore Issu 98 qui viendront
rencontrer les artistes et le public et parleront de leur expérience. « Il s’agit d’instaurer une sorte de dynamique entre tous les acteurs de la culture qui doivent rester connectés, d’où le vivre ensemble et le sens de Maan... » et Meriem Ait El Hara, responsable du département arts visuels au sein de l’Aarc de rappeler : le rendu se tiendra sur deux lieux différents... Quatre semaines d’expo, pendant lesquelles des activités viendront animer ce mois, type de concerts, performances artistiques, pièces de théâtre etc. » et Mahmoud de confier : « C’est plus une expérience qu’un événement, car on voudrait attirer d’autres personnes nonobstant les gens qui ont l’habitude de fréquenter Dar Abdelatif et les expos. On a pensé jumeler cela avec des événements grand public. On voudrait attirer beaucoup plus de jeunes, les initier à l’art. Ce sera l’occasion de venir assister à un concert et visiter non seulement une expo, mais aussi un lieu du patrimoine qu’est Dar Abdelatif qui est aussi une résidence artistique de renommée... » Prenant la parole, Rachid Briki, responsable du département musique au sein de l’Aarc, relèvera quant à lui : « ça nous paraissait évident de soutenir un tel projet. L’Aarc a pour mission depuis le début le soutien des créations entre artistes, accueillir des artistes pour des créations communes, mais aussi mettre en avant les artistes de la diaspora.

Le rendu en décembre
Il faudrait que toutes les institutions culturelles soutiennent ce projet. Sur la partie musique il y aura des artistes très intéressants dont des musiciens qui travailleront avec certains qui relèvent de l’art visuel et de l’art plastique. Ces échanges sont importants pour nous. On espère un résultat assez spécial et inhabituel. On est là pour soutenir ces artistes... ». Côté communication, l’on apprendra qu’en plus de la plateforme digitale, réseaux sociaux, site Web, des visites virtuelles seront intégrées afin que ceux qui sont en dehors d’Alger et du pays puissent visiter cette expo. « On a aussi intégré une application mobile qui va permettre de contacter l’artiste si toutefois il y a une volonté d’interagir avec les artistes ( les entreprises d’art, les mécènes ou d’autres artistes etc.) , nous a-t-on signalé. Aussi, les artistes s’engagent à mettre à disposition leur œuvre durant l’expo. « Ça leur appartient totalement. En dehors du circuit Maan, on ne prendra aucune commission s’ils vendent leurs œuvres », ont conclu les organisateurs.

De Quoi j'me Mêle

Placeholder

Découvrez toutes les anciennes édition de votre journal préféré

Les + Populaires

(*) Période 7 derniers jours